lundi 1er janvier 2018
la lettre d'information du site N°165
Si vous ne voyez pas les images, cliquez ici pour lire cette lettre dans votre navigateur.
If you cannot see pictures below, to view the email in your web browser click here est libre d'accès, base documentaire pour comprendre, chercher, travailler

Yawning, a thermoregulatory mechanism during fever? A study of yawning frequency and its predictors during experimentally induced sickness
Marraffa A, Lekander M , Solsjö P,
Olsson MJ, Lasselin J, Axelsson J.
Physiol Behav
Andrew C. Gallup. Yawning and the thermoregulatory hypothesis


A higher yawning frequency was associated with less increase in sickness
Yawning has been proposed to serve both physiological and social functions, the latter likely to have developed later in its evolution. A central hypothesis is that yawning cools the brain but whether yawning is a thermoregulatory mechanism that is activated during hyperthermia (i.e., thermoregulatory failure) or is activated in any instance of brain temperature increase (e.g., also during fever) is unclear and experimental assessments of yawning during fever are lacking. In this study, the authors determined the effect of experimentally induced fever on yawning frequency.
They also explored alternative predictors of yawning during sickness (sleepiness, autonomic nervous system indexes and sickness symptoms). Twenty-two healthy human subjects participated in a randomized, placebo-controlled, cross-over study, where the subjects received an injection of the bacterial endotoxin lipopolysaccharide (LPS) at a dose of 2 ng/kg body weight in one condition and placebo in the other. Yawning was scored from video recordings from 30 minutes before to 4h after the injection.
Body temperature was measured frequently, alongside with heart rate, blood pressure, nausea and overall sickness symptoms. Yawning frequency was found to significantly increase over time during experimentally induced sickness, but not in the placebo condition. In particular, yawning frequency was increased during the rising phase of body temperature induced by LPS administration, although no significant correlation was found between body temperature increase and yawning frequency.
In addition, exploratory analyses showed that a higher yawning frequency was associated with less increase in sickness symptoms and nausea intensity. While the current study adds to previous research showing significant increase in yawning frequency during hyperthermia, further studies are needed if they are to properly characterize the brain cooling role of yawning in humans. The investigation of other functions, such as being a vasovagal inhibitory, may shed stronger light on the functions of yawning.
Une fréquence plus élevée des bâillements est associée à une augmentation moindre des symptômes de maladie
Le bâillement pourait avoir à la fois les fonctions physiologiques et sociales, cette dernière susceptible d'être apparue plus tard au cours de l'évolution. Une hypothèse propose que le bâillement réduirait la température du cerveau, mais les études des mécanismes du déclenchement de cette activité thermorégulatrice pendant l'hyperthermie (c.-à-d. l'échec de la thermorégulation), ou ceux qui seraient activés dans tous les cas d'augmentation de la température du cerveau, font défaut.
Dans cette étude, les auteurs ont déterminé l'effet d'une fièvre expérimentalement induite sur la fréquence des bâillements.
Ils ont également exploré d'autres prédicteurs du bâillement pendant la maladie (somnolence, index du système nerveux autonome, nausées/vomissements). Vingt-deux sujets en bonne santé ont participé à une étude croisée randomisée, contrôlée par placebo, où les sujets ont reçu une injection de lipopolysaccharide (LPS) d'endotoxine bactérienne à une dose de 2 ng / kg de poids corporel dans un cas et un placebo dans l'autre.
Le bâillement a été identifié à partir d'enregistrements vidéo de 30 minutes avant et 4 heures après l'injection. La température corporelle a été mesurée fréquemment, ainsi que la fréquence cardiaque, la tension artérielle, la sensation nauséeuse et ses symptômes généraux de maladie.
La fréquence des bâillements s'est révélée augmenter significativement avec le temps au cours de la pathologie expérimentale, mais pas en condition de placebo. En particulier, la fréquence des bâillements a été augmentée pendant la phase ascendante de la température corporelle induite par l'administration de LPS, bien qu'aucune corrélation significative n'ait été trouvée entre l'augmentation de la température corporelle et la fréquence des bâillements.
De plus, les études ont montré qu'une fréquence plus élevée des bâillements était associée à une augmentation moindre des symptômes de maladie et de l'intensité des nausées. Bien que l'étude actuelle complète les recherches précédentes montrant une augmentation significative de la fréquence du bâillement au cours de l'hyperthermie, d'autres études seront nécessaires afin de déterminer le rôle de refroidissement du cerveau par le bâillement chez l'homme. L'étude d'autres fonctions, comme une inhibition vasovagale, pourrait aider à comprendre les fonctions du bâillement.

Why do we yawn?
Burk W.

Yawning against alveoli collapse
The biomedical hypothesis proposed here is that the immediate trigger for a yawn is a restricted collapse of a few alveoli in the lungs. The extent of this alveolar collapse may be too small for it to be detected by current X-ray technology, but this technology is continually improving and may soon be good enough to test the hypothesis.
In support of the hypothesis, it is shown that yawning can be inhibited by deep breaths of air, nitrogen or carbogen, thus showing that yawning is not triggered by lack of oxygen or by excess carbon dioxide, leaving alveolar collapse as the most likely possibility.
A more extensive form of alveolar collapse is termed atelectasis and this involves a serious state of hypoxia which, if deepened or prolonged, can be fatal. Therefore, if the hypothesis is correct, yawning may prevent the development of atelectasis and save lives.
This paper is not concerned with other indirect ways in which yawning may be induced, nor with the mechanism and neural circuitry of the yawn, nor with social aspects of yawning, only with the immediate trigger. The author's aim is to get better evidence for the hypothesis put forward here and also to study the behavior of the pulmonary alveoli in normal respiration.
Le bâillement antagoniste du collapsus lavéolaire
L'hypothèse biomédicale proposée ici est que le déclenchement d'un bâillement estdéclanché par un collapsus partiel de quelques alvéoles pulmonaires. L'étendue de ce collapsus alvéolaire peut être trop peu important pour pouvoir être détecté par la radiographie mais cette technologie s'améliore continuellement et pourrait bientôt être suffisamment performante pour tester l'hypothèse.
À l'appui de cette hypothèse, il est démontré que le bâillement peut être inhibé par des inhalations profondes d'air, d'azote ou de CO2, démontrant ainsi que le bâillement n'est pas déclenché par un manque d'oxygène ou d'excès de dioxyde de carbone.
La forme plus importante de collapsus alvéolaire s'appelle l'atélectasie. La conséquence de l'atélectasie peut être une hypoxie qui, si elle s'aggrave ou se prolonge, peut être mortelle. Par conséquent, si l'hypothèse est exacte, le bâillement pourrait empêcher l'installation de l'atélectasie et ainsi sauver des vies.
Cet article ne s'intéresse pas à d'autres façons indirectes de provoquer un bâillement, ni au mécanisme et aux circuits neuronaux du bâillement, ni aux aspects sociaux du bâillement, mais seulement au déclenchement immédiat. Le but de l'auteur est d'obtenir de meilleures preuves de l'hypothèse présentée ici et aussi d'étudier le comportement des alvéoles pulmonaires dans la respiration normale.

Yawning: a cue and a signal
Moyaho A, Flores Urbina A , Monjaraz Guzmán E, Walusinski O

Signal yawning might indicate the physiological capacity of rats in male-male conflicts
Yawning behaviour has been associated with a variety of physiological and social events and a number of corresponding functions have been attributed to it. Non-directed (self-directed behaviour) and directed yawning (display behaviour) might nonetheless encompass all expressions of yawning, although it is difficult to differentiate one type from the other in a social context.
Here the authors analysed more fully the data from a study in which four combinations of sensory cues were presented to pairs of either cage mate or stranger rats. The aim of the re-analysis was to demonstrate that non-directed and directed yawning might be identified by their distinctive functions.
All pairs of rats used olfactory cues to recognise each other as stranger or cage mate companions, but only stranger rats used auditory cues to detect and respond to each other's yawning. Increasing defecation rates (i.e. an index of emotional reactivity) inhibited yawning in cage mate rats such that yawning frequency reflected each rat's physiological state.
These results suggest that non-directed yawning functions as a cue in cage mate rats and directed yawning as a signal in stranger rats. They hypothesize that cue yawning might be a regulatory act that animals perform to adjust muscle tone for a coordinated change of state. Signal yawning might indicate the physiological capacity of rats in male-male conflicts.
Le bâillement affiché pourrait être un signal indiquant la capacité physiologique des rats à l'approche d'un risque de conflits entre mâles
Le bâillement est associé à des comportements de nature physique et sociale et un certain nombre de fonctions correspondantes lui ont été attribuées. Le bâillement non-orienté (comportement homéostasique personnel) et le bâillement dirigé (comportement d'affichage vers autrui) englobent toutes les expressions du bâillement, bien qu'il soit souvent difficile de différencier un type de l'autre dans un contexte social.
Dans cet article, les auteurs analysent plus complètement les données d'une étude dans laquelle quatre combinaisons d'indices sensoriels ont été présentés à des paires de rats en cage, ces paires étant constitué soient de rats familiers entre eux soient étrangers.
Le but de la nouvelle analyse est de démontrer que les bâillements non orientés et ceux dirigés peuvent être identifiés par leurs fonctions distinctives. Toutes les paires de rats utilisent des signaux olfactifs pour se reconnaître mutuellement comme des compagnons ou des étrangers. Seuls des rats 'étrangers' utilisent des signaux auditifs pour détecter et répondre au bâillement de l'autre.
Des vitesses de défécation croissantes (c'est-à-dire un indice de réactivité émotionnelle) inhibent le bâillement chez les rats familiers, de sorte que la fréquence des bâillements est un reflet de l'état physiologique de chacun.
Ces résultats suggèrent que le bâillement non-orienté sert de réplique entre rats familiers et que le bâillement dirigé est un signal-avertissement pour les rats 'étrangers'. Les auteurs émettent l'hypothèse que le bâillement 'réplique' pourrait être un acte que les animaux effectuent pour ajuster leur tonus musculaire lors d'un changement d'état afin de s'adapter de façon synchrone.
Le bâillement affiché pourrait être un signal indiquant la capacité physiologique des rats à l'approche d'un risque de conflits entre mâles.

De l'influence de la menstruation sur le système nerveux
Henri Taguet

De l'influence de la menstruation sur le système nerveux
Henri Tag
thèse soutenue le 4 décembre 1872
jury : Gubler, Regnauld, Isambert, Guéniot
Pour qui veut connaître toutes les itérations colporter depuis l'antiquité corrélant l'utérus et les maladies neuro-psychiatriques, Henri Taguet (1842-?) s'est , involontairement, commissionné de les inventorier dans sa thèse soutenue le 4 décembre 1872.
Il est excessivement rare que le premier flux menstruel ne s'accompagne pas de quelques troubles, soit intellectuels, soit physiques. Ce sont principalement des sensations de pesanteur et de chaleur dans les organes génitaux ; des pandiculations, des bâillements, parfois des syncopes ; des élancements dans les seins, dans les lombes, les aines et la partie supérieures des cuisses ; des coliques et des rampes d'estomac. Tous ces symptômes, variables dans leur intensité, disparaissent avec les premières gouttes de sang.

Le bâillement, du réflexe à la pathologie
Le bâillement : de l'éthologie à la médecine clinique
Le bâillement : phylogenèse, éthologie, nosogénie
 Le bâillement : un comportement universel
La parakinésie brachiale oscitante
Yawning: its cycle, its role
Warum gähnen wir ?
Fetal yawning assessed by 3D and 4D sonography
Le bâillement foetal
Le bâillement, du réflexe à la pathologie
Le bâillement : de l'éthologie à la médecine clinique
Le bâillement : phylogenèse, éthologie, nosogénie
 Le bâillement : un comportement universel
La parakinésie brachiale oscitante
Yawning: its cycle, its role
Warum gähnen wir ?
Fetal yawning assessed by 3D and 4D sonography
Le bâillement foetal

Autres documents mis en ligne ce mois-ci :

Résultats du sondage
 au 31 décembre 2017
Recherche par mot du site

avec l'aide de FreeFind

Nombre de questionnaires remplis : 7746
Combien de fois bâillez-vous par jour ? <5 = 23%.. 5-10 = 21,1%.. 10-15 = 15,4%.. 15-20 = 11,3%.. >20 = 29,2%
Ressentez-vous des baillements excessifs ?
49,2% = non, tant mieux
39,1% = oui et je ne sais pas pouquoi
9,7% = oui et je prends des antidépresseurs
1,1% = oui et je prends des anti-épileptiques
6,9% = oui et je prends d'autres médicaments
2,4% = oui et j 'ai des troubles neurologiques
2,4% = oui et j 'ai des troubles hormonaux
1,3% = oui et j 'ai des tics moteurs
1,6% = oui et j 'ai des tocs
déclenchez-vous facilement le bâillement d'autrui ? 74,1%
êtes-vous sensible au bâillement d'autrui ? 66,8%
Laurence Sterne (1713-1768)
the Life and Opinions of
Tristam Shandy
"...our minds shine not throught the body, but are wrapt up here in a dark covering of uncrystallized flesh and blood; so that , if we would come to the specific character of them, we must go some other way to work..."
écrits et réalisés par
le Dr Walusinski
To unsubscribe - Pour se désabonner
lire les lettres précédentes d'information du site