baillement.com
baillement.info
yawning.info
logo
dimanche 1 décembre2019
la lettre d'information du site baillement.com N°184
Si vous ne voyez pas les images, cliquez ici pour lire cette lettre dans votre navigateur.
If you cannot see pictures below, to view the email in your web browser click here
baillement.com est libre d'accès, base documentaire pour comprendre, chercher, travailler

Blood oxytocin concentration positively predicts contagious yawning behavior in children
with autism spectrum disorder
Mariscal MG, Oztan O,
Rose SM, Libove RA,
Jackson LP, Sumiyoshi RD,
Trujillo TH, Carson DS,
Phillips JM, Garner JP,
Hardan AY, Parker KJ.
Autism Res
2019;12(8):1156-1161
 
 
Absence of contagious yawning in children with autism spectrum disorder
Senju A, Maeda M, Kikuchi Y,
Hasegawa T, Tojo Y, Osanai H
Biology Letters
2007;3:706-708
 
Does eye contact induce contagious yawning in children with autism spectrum disorder?
Senju A, Kikuchi Y, Akechi H et al
J of Autism and Developmental Disorders
2009;39(11):1598-1602
 
Presence of Contagious Yawning in Children with Autism Spectrum Disorder
Usui S, Senju A, Kikuchi Y, Akechi H,
Tojo Y, Osanai H, Hasegawa T
Autism Research and Treatment.
2013;971686
 
Contagious yawning in autistic and typical development
Helt MS, Eigsti IM, Snyder PJ, Fein DA.
Child Dev
2010;81(5):1620-163
 
Emotional contagion in children with autism spectrum disorder varies with stimulus familiarity and task instructions
Helt MS, Fein DA, Vargas JE
Dev Psychopathol
2019:1-11.
 
Contagious and spontaneous yawning in autistic and typically developing children
Giganti F, Ziello ME
CPL 2009
 
Psychological influences on yawning in children
Anderson JR Meno P
Current Psychology Letters Behaviour, Brain, Cognition
2003;2:11
 
Yawning: An Opening into Empathy?
Anderson JR, Matsuzawa T
in
Cognitive Development in Chimpanzees.
T Matsuzawa, M Tomonaga, M Tanaka
Springer 2006

Decreased contagious yawning may only occur in a biologically defined subset
of people with autism
 
Research suggests that children with autism spectrum disorder (ASD) may have reduced empathy, as measured by an impaired contagious yawn response, compared to typically developing (TD) children. Other research has failed to replicate this finding, instead attributing this phenomenon to group differences in attention paid to yawn stimuli. A third possibility is that only a subgroup of children with ASD exhibits the impaired contagious yawn response, and that it can be identified biologically.
 
Here the authors quantified blood concentrations of the "social" neuropeptide oxytocin (OXT) and evaluated yawning behavior and attention rates during a laboratory task in children with ASD (N_=_34) and TD children (N_=_30) aged 6-12_years. No group difference in contagious yawning behavior was found. However, a blood OXT concentration___group (ASD vs. TD) interaction positively predicted contagious yawning behavior (F1,50 _=_7.4987; P_=_0.0085). Specifically, blood OXT concentration was positively related to contagious yawning behavior in children with ASD, but not in TD children.
 
This finding was not due to delayed perception of yawn stimuli and was observed whether attention paid to test stimuli and clinical symptom severity were included in the analysis or not. These findings suggest that only a biologically defined subset of children with ASD exhibits reduced empathy, as measured by the impaired contagious yawn response, and that prior conflicting reports of this behavioral phenomenon may be attributable, at least in part, to variable mean OXT concentrations across different ASD study cohorts.
 
People with autism may contagiously yawn (i.e., yawn in response to another's yawn) less often than people without autism. They find that people with autism who have lower levels of blood oxytocin (OXT), a hormone involved in social behavior and empathy, show decreased contagious yawning, but those who have higher blood OXT levels do not differ in contagious yawning from controls. This suggests that decreased contagious yawning may only occur in a biologically defined subset of people with autism.
 
 
La réduction à la sensibilité à la contagion du bâillement peut n'exister que dans un sous-groupe biologiquement défini parmi les autistes
 
Certaines recherches suggèrent que les enfants atteints de troubles du spectre autistique (TSA) pourraient avoir une empathie réduite, comme le suggère le défaut de contagion du bâillement chez certains par rapport aux enfants normaux. D'autres recherches n'ont pas réussi à reproduire ce résultat, attribuant plutôt ce phénomène à des différences d'attention du groupe aux stimuli bâillement.
 
Une troisième possibilité est que seul un sous-groupe d'enfants atteints de TSA est sensible à cette contagion des bâillements et qu'il peut être identifié biologiquement. Ici, les auteurs ont quantifié les concentrations sanguines du neuropeptide «social» l'ocytocine (OXT) et évalué les bâillement et l'attention en laboratoire chez des enfants atteints de TSA (N = 34) et TD (N = 30) âgés de 6 à 12 ans. Aucune différence parmi ces groupes n'a été trouvée vis à vis de la contagion du bâillement.
 
Cependant, une différence de concentration en ocytocine groupe OXT groupe (TSA vs TD) prédit de manière positive ceux sensibles à la contagion (F1,50 = 7,4987; P = 0,0085). Plus précisément, la concentration sanguine en OXT est positivement corrélée à la susceptibilité à la contagion du bâillement chez les enfants atteints de TSA, mais pas chez les enfants TD.
 
Cette constatation n'est pas due à un retard dans la perception du stimuli bâillement et est observée, que l'attention portée aux stimuli ou la gravité des symptômes cliniques ait été incluse ou non dans l'analyse. Ces résultats suggèrent que seul un sous-groupe d'enfants atteints de TSA défini biologiquement présente une empathie réduite, telle que mesurée par la réponse réduite à la contagion du bâillement. Les résultats antérieurs contradictoires dans l'appréciation de ce phénomène pourraient être imputés, au moins en partie, à des concentrations moyennes variables d'OXT dans les différentes cohortes étudiées de TSA.
 
Les personnes atteintes d'autisme peuvent bâiller de façon contagieuse (c.-à-d., Bâiller en réponse au bâillement d'un autre) comme les personnes sans autisme. Mais les auteurs constatent que les autistes qui ont des niveaux plus bas d'ocytocine dans le sang (OXT), une hormone impliquée dans le comportement social et l'empathie, présentent une diminution de la sensibilité à la contagion du bâillement, mais que celles ayant des niveaux plus élevés d'OXT ne diffèrent pas par rapport aux contrôles. Cela suggère que la réduction à la sensibilité à la contagion du bâillement peut n'exister que dans un sous-groupe biologiquement défini parmi les personnes atteintes d'autisme.

Change in fetal behavior in response to vibroacoustic stimulation
Ogo K, Kanenishi K, Mori N,
AboEllail MAM, Hata T.
J Perinat Med
2019;47(5):558-563.

Yawning as a clinical sign during pregnacy
 
This study assess fetal behavioral changes in response to vibroacoustic stimulation (VAS) in normal singleton pregnancies using four-dimensional (4D) ultrasound.
 
Ten types of fetal movements and facial expressions in 68 healthy pregnant women between 24 and 40 weeks were studied using 4D ultrasound for 3 min before and after 3-s VAS. The frequencies of mouthing, yawning, tongue expulsion, back arch, jerky arm movement, startle movement, smiling, scowling, hand-to-face movement, and blinking were evaluated. The fetuses were subdivided into four gestational age groups (24-27, 28-31, 32-35, and 36 weeks).
 
Comparison of the frequencies of the fetal behaviors before and after the stimulation in each gestational age group was conducted to detect the response to stimulation with advancing gestation.
 
There were no significant differences in the frequency of each fetal behavior before and after VAS at 24-27, 28-31, and 32-35 weeks of gestation. However, the frequencies of blinking and startle movements were significantly higher after VAS in the 36-40 gestational age group (P_<_0.05).
 
The age of 36 weeks of gestation might represent an advanced stage of brain and central nervous system development and maturation as the response to stimuli is prominent at this age compared with earlier gestation.
 
Le bâillement foetal apprécié comme signe clinique au cours de la grossesse
 
Ce travail évalue les changements de comportement du fœtus en réponse à la stimulation vibroacoustique (EVA) lors de grossesses uniques simples au moyen d'une échographie 4D.
 
Dix types de mouvements foetaux et d'expressions faciales chez 68 femmes enceintes en bonne santé âgées de 24 à 40 semaines ont été étudiés par échographie 4D pendant 3 minutes avant et après une EVA de 3 s.
 
Les fréquences des mouvements bucaux, des bâillements, de traction de la langue, de cambrure du dos, de mouvements de bras saccadés, de mouvements de surprise, de sourire, de renfrognement, de mouvements de la main au visage et de clignotements ont été évaluées. Les fœtus ont été subdivisés en quatre groupes d'âge gestationnel (24-27 ans, 28-31 ans, 32-35 ans et 36 semaines).
 
Une comparaison des fréquences des comportements foetaux avant et après la stimulation dans chaque groupe d'âge gestationnel a été réalisée afin de détecter la réponse à la stimulation lors de la gestation avancée.
 
Il n'y avait pas de différence significative dans la fréquence de chaque comportement foetal avant et après une EVA à 24-27, 28-31 et 32-35 semaines de gestation. Cependant, la fréquence des mouvements de clignotement et de sursaut était significativement plus élevée après l'EVA dans le groupe d'âge gestationnel de 36 à 40 ans (p <0,05).
 
L'âge de 36 semaines de gestation pourrait représenter un stade avancé du développement et de la maturation du cerveau et du système nerveux central, car la réponse aux stimuli est prédominante à cet âge par rapport à la période antérieure de la gestation.
 

The English Malady; or a Treatise of Nervous Diseases of All Kinds , as Spleen, Vapours, Lowness of Spirits, Hypochondriacal and Hysterical Distempers, etc
George Cheyne
1671-1743
traduction extraite du
Traité des maladies des nerfs

Robert Whytt


 
Les spames, crampes, convulsions & violentes contractions des muscles, les accès convulsifs hypochondriaques ou hystériques, & les convulsions du genre des épileptiques, jusqu'au bâillement & la pandiculation, semblent être produits par des concrétions dures, par des particules salines, par quelques vapeurs nuisibles, âcres ou acrimonieuses; par la matière de la transpiration, par des vents, &c. qui sont ou arrêtent dans les petits vaisseaux, ou portés à quelque partie qui a beaucoup de nerfs, comme au canal alimentaire, dans les cavités du cerveau, sur l'épine, dans les interstices des muscles. Les nerfs de ces parties ou leurs membranes, étant irrités, il se forme dans toutes les fibres nerveuses ou sensibles un dérangement général, qui en produit bientôt un semblable dans tout le sytème musculaire.

lingvistov.com


Le bâillement, du réflexe à la pathologie
Le bâillement : de l'éthologie à la médecine clinique
Le bâillement : phylogenèse, éthologie, nosogénie
 Le bâillement : un comportement universel
La parakinésie brachiale oscitante
Yawning: its cycle, its role
Warum gähnen wir ?
 
Fetal yawning assessed by 3D and 4D sonography
Le bâillement foetal
Le bâillement, du réflexe à la pathologie
Le bâillement : de l'éthologie à la médecine clinique
Le bâillement : phylogenèse, éthologie, nosogénie
 Le bâillement : un comportement universel
La parakinésie brachiale oscitante
Yawning: its cycle, its role
Warum gähnen wir ?
 
Fetal yawning assessed by 3D and 4D sonography
Le bâillement foetal
http://www.baillement.com

Autres documents mis en ligne ce mois-ci :
Recherche par mot du site

 
avec l'aide de FreeFind

 
Franz Jospeh Gall (1798)
 
"The faculties and propensities have their seat their origin in the brain"

baillement.com
baillement.info
yawning.info
écrits et réalisés par
le Dr Walusinski
To unsubscribe - Pour se désabonner
 
lire les lettres précédentes d'information du site