baillement.com
baillement.info
yawning.info
logo
dimanche 1 mars 2020
la lettre d'information du site baillement.com N°187
Si vous ne voyez pas les images, cliquez ici pour lire cette lettre dans votre navigateur.
If you cannot see pictures below, to view the email in your web browser click here
baillement.com est libre d'accès, base documentaire pour comprendre, chercher, travailler

Intraspecific Motor and Emotional Alignment in Dogs and Wolves: The Basic Building Blocks of Dog&endash;Human Affective Connectedness
Palagi E, Cordoni G.
Animals
2020, 10(2), 241
 
 
Dogs catch human yawns Biology letters
Joly-Mascheroni RM, Senju A, Sheperd AJ
Animal Behaviour
2008;4(5):446-448
 
Do dogs show contagious yawning ?
Harr AL, Gilbert VR
Anim Cogn.
2009;12(6):833-837
 
A test of the yawning contagion and emotional connectedness hypothesis in dogs, Canis familiaris
O'Hara SJ, Reeve AV
Animal Behaviour
2011;81:335-340
 
Contagious yawning in domestic dog puppies (Canis lupus familiaris): the effect of ontogeny and emotional closeness on low-level imitation in dogs
Madsen EA, Persson T
Anim Cogn
2013;16(2):233-240
 
Familiarity Bias and Physiological Responses in Contagious Yawning by Dogs Support Link to Empathy
Romero T, Konno A, Hasegawa T
PLoS ONE
2013;8(8):e71365
 
Familiarity-connected or stress-biased contagious yawning in domestic dogs (canis familiaris)? some additional data
Silva K, Bessa J, de Sousa L
Anim Cogn
2013;16(6):1007-1009
 
Social modulation of contagious yawning in wolves
Romero T, Ito M, Saito A, Hasegawa T
PLoS One
2014;9(8):e105963.

Rapid mimicry and yawn contagion are two behavioral processes intermingled in the animal synchronization domain
 
Involuntary synchronization occurs when individuals perform the same motor action patterns during a very short time lapse. This phenomenon serves an important adaptive value for animals permitting them to socially align with group fellows thus increasing integration and fitness benefits. Rapid mimicry (RM) and yawn contagion (YC) are two behavioral processes intermingled in the animal synchronization domain. Several studies demonstrated that RM and YC are socially modulated being more frequently performed by individuals sharing close relationships. This evidence highlights the relation between RM/YC and emotional contagion that is the capacity of two or more individuals to share the same affective state.
 
In this review, the authors try to delineate a possible developmental trajectory of emotional sharing phenomena by using, as a model species, the domestic dog (Canis lupus familiaris), a valid example of empathic predisposition towards individuals belonging both to the same and the different species. They contrast available findings on RM and YC in dog&endash;dog and dog&endash;human dyads with those in wolf&endash;wolf dyads, in order to investigate if the ability to emotionally engage with conspecifics (wolf&endash;wolf and dog&endash;dog) is evolutionary rooted in canids and if provides the basis for the development of inter-specific emotional sharing (dog&endash;human).
 
The brain areas involved in reward, stress, imitation, and prosocial systems have been evolutionary conserved along with the developmental pathway of mammals.
 
yawning wolfe
Mimétisme involontaire et contagion des bâillements sont apparentés dans les mécanismes de synchronisation des comportements
 
La synchronisation involontaire se produit lorsque les individus exécutent les mêmes schémas moteurs pendant un laps de temps très court. Ce phénomène a une valeur adaptative importante pour les animaux leur permettant de s'intégrer socialement avec les membres du groupe, augmentant ainsi les bénéfices de cette intégration et de bien-être.
 
Le mimétisme rapide (RM) et la contagion du bâillement (YC) sont deux processus comportementaux entremêlés dans le domaine de la synchronisation animale. Plusieurs études ont démontré que la RM et la YC sont socialement modulées, étant plus fréquemment effectuées par des individus partageant des relations étroites. Ces preuves mettent en évidence la relation entre RM / YC et la contagion émotionnelle qui est la capacité de deux personnes ou plus à partager le même état affectif. Dans cet article les auteurs essaient de montrer l'évolution du développement des phénomènes de partage émotionnel en utilisant, comme espèce modèle, le chien domestique (Canis lupus familiaris), un exemple valide de prédisposition empathique envers les individus appartenant à la même espèce et aussi à d'autres espèces.
 
Ils comparent les résultats disponibles sur la RM et la YC dans les dyades chien &endash; chien et chien &endash; humain avec ceux dans les dyades loup &endash; loup, afin d'étudier si la capacité de s'engager émotionnellement avec des conspécifiques (loup &endash; loup et chien &endash; chien) est enracinée dans l'évolution canidés et si cela fournit une base pour le développement du partage émotionnel interspécifique (chien &endash; humain).
 
Les zones cérébrales impliqués dans les systèmes de récompense, de stress, d'imitation et prosociaux ont été conservés au cours de l'évolution des mammifères.

Hyperventilation-induced high-amplitude rhythmic slowing: A mimicker of absence seizures in children
Nasreddine W, Fakhredin M, Makke Y, Hmaimess G, Sabbagh S, Beaini S, El Tourjuman O, Beydoun A.
Epilepsy Behav.
2020;103(PtA):106510


EEG, hyperventilation and yawning
 
Hyperventilation (HV) in children can lead to HV-induced high-amplitude rhythmic slowing (HIHARS) on the EEG (electroencephalogram) which is sometimes associated with altered awareness (AA) and concomitant semiological features. Rhe authors' aims were to determine the frequency of HIHARS in children, to assess if the associated semiological features were temporally related to HV, and to evaluate if specific semiological features can differentiate HIHARS with AA from absence seizures.
 
Consecutive children with suspected new onset seizure(s) underwent HV and awareness testing during video-EEG acquisition. Hyperventilation-induced high-amplitude rhythmic slowing was defined as 2.5- to 5-Hz generalized rhythmic slowing with amplitude 100__v lasting for 3_s. The associated semiological features were compared between the group of children with HIHARS and AA, an age- and gender-matched control group without HIHARS, and in children who experienced absence seizures during HV.
 
One hundred sixteen children with a mean age of 9.8_years were included. Hyperventilation-induced high-amplitude rhythmic slowing occurred in 39 children (33.6%) with AA documented in 30 (76.9%). The probability of developing AA during HIHARS was significantly and positively correlated with the HIHARS duration. The frequencies of HIHARS were not significantly different between children diagnosed with seizure(s) and those with nonepileptic spells. Hyperventilation cessation and staring did not occur in any child of the control group. Fidgeting and yawning were significantly more common in the group with HIHARS with AA while staring and blinking were significantly more frequent in the group of children with absence seizures.
 
They ascertained that HIHARS with AA is a relatively common occurrence in children and most likely represents an age-related nonepileptic phenomenon. When associated with fidgeting or yawning, it can help differentiate this phenomenon from absence seizures. However, recording the concomitant presence of generalized spike wave discharges on the EEG remains essential to confirm the diagnosis of absence seizures.
 
EEG, hyperventilation et bâillements
 
L'hyperventilation (HV) chez les enfants peut entraîner un ralentissement rythmique (HIHARS) de haute amplitude induit par la HV sur l'électroencéphalogramme (EEG), parfois associé à une altération de la conscience (AA) et à des symptômes sémiologiques concomitants. Les objectifs des auteurs étaient de déterminer la fréquence des HIHARS chez les enfants, de déterminer si les caractéristiques sémiologiques associées étaient temporellement liées à la HV et de déterminer si des caractéristiques sémiologiques spécifiques pouvaient différencier les HIHARS avec AA des crises d'absence.
 
Dans une série d'enfants chez qui on soupçonnait une ou plusieurs crises récentes ont été soumis à une HV et à un test de sensibilisation lors de l'acquisition d'un vidéo-EEG. Le ralentissement rythmique de forte amplitude induit par l'hyperventilation a été défini comme un ralentissement rythmique généralisé de 2,5 à 5 Hz avec une amplitude 100_v d'une durée de 3 s. Les caractéristiques sémiologiques associées ont été comparées entre le groupe d'enfants avec HIHARS et AA, un groupe témoin du même âge et du même sexe sans HIHARS, et chez les enfants ayant eu des crises d'absence pendant la HV.
 
Cent seize enfants âgés de 9,8 ans en moyenne ont été inclus. Un ralentissement rythmique de forte amplitude induit par l'hyperventilation est survenu chez 39 enfants (33,6%), les AA étant documentés chez 30 enfants (76,9%). La probabilité de développer des AA pendant HIHARS était significativement et positivement corrélée à la durée de HIHARS. Les fréquences de HIHARS n'étaient pas significativement différentes entre les enfants diagnostiqués avec une ou plusieurs crises d'épilepsie et ceux avec des épisodes non épileptiques.
 
 
Les picotements et les bâillements étaient significativement plus fréquents dans le groupe HIHARS avec AA, tandis que les yeux fixes et les clignotements étaient significativement plus fréquents dans le groupe des enfants souffrant de crises d'absence.
 
Les auteurs ont vérifié que les HIHARS avec AA étaient relativement fréquents chez les enfants et représentaient très probablement un phénomène non épileptique lié à l'âge. Associé aux étorudissements ou aux bâillements, il peut aider à différencier ce phénomène des crises d'absence. Cependant, l'enregistrement de la présence concomitante de décharges d'ondes de pointes généralisées sur l'EEG reste essentiel pour confirmer le diagnostic de crises d'absence.

Dopamine Mediated Yawning Fatigue Syndrome
with Specific Recurrent Initiation
and Responsiveness to Opioids
 
Dibaj P, Brockmann K, Gartner J
JAMA Neurol
2019.3937

Yawning and sciatica
 
A 59-year-old man presented for care who, for 8 years, had had recurrent attacks of yawning and severe fatigue initiated by relatively mild exercise of his right leg. In 2011, he had a herniation of the L4-5 disc, which affected the right L4 root. Conservative treatment noticeably reduced the sciatic pain on the right side within a few months. However, after this event, he would promptly experience attacks of yawning and fatigue each time he engaged in mod rate exercise of the right leg (eg, going upstairs, riding a bicycle, or repeatedly pushing certain weights only with his right leg). Attacks were not associated with a headache or body temperature change, and similar exercises of the other 3 limbs did not provoke yawning and fatigue.
 
Sciatique et bâillements
 
Un homme de 59 ans présente depuis 8 ans des crises récurrentes de bâillements et une fatigue intense déclenchée par un exercice relativement modeste de sa jambe droite comme la marche. En 2011, il a une hernie du disque L4-5, qui affecte la racine droite L4. Un traitement conservateur a sensiblement réduit la douleur sciatique du côté droit en quelques mois. Cependant, après cet événement, il ressent rapidement des attaques de bâillement et de fatigue chaque fois qu'il commence un exercice modéré de la jambe droite (par exemple, monter à l'étage, faire du vélo ou pousser plusieurs fois certains poids uniquement avec sa jambe droite). Les attaques ne sont pas nécessairement associées à un mal de tête ou à un changement de température corporelle, et des exercices similaires des 3 autres membres ne provoquent pas de bâillement ni de fatigue.
 
Le patient a été traité avec succès en prenant plusieurs fois par semaine l'agoniste du récepteur opioïde oral tilidine (50 mg, plus 4 mg de naloxone) avant chaque exercice. Avec ce traitement, la mobilisation de sa jambe droite n'a pas déclenché de bâillement ni de fatigue.

Another explanation
 
This man is suffering from sciatica.
 
The endogenous opioid system consists of widely scattered neurons that produce three opioids: beta-endorphin, the met- and leu-enkephalins, and the dynorphins. These opioids act as neurotransmitters and neuromodulators at three major classes of receptors, termed mu, delta, and kappa, and produce analgesia. Like their endogenous counterparts, the opioid drugs, or opiates, act at these same receptors to produce both analgesia and undesirable side effects. During his algic stress, this man releases endogenous opioids which contribute to analgesia.
 
All opioids inhibit yawning, so it is not endogenous opioid system that trigger his yawns. Microinjection studies suggest that the inhibitory effects of morphine result from the activation of -opioid receptors on oxytocinergic neurons within the PVN. Enkephalins, being endogenous opioids, are found in magnocellular and parvocellular PVN divisions, and the paraventriculo-hypophyseal tract may also contain enkephalins. To note, yawning is a prevalent sign of the opiate withdrawal syndrome in human opiate addicts.
 
The sciatica can play as an inflammatory stress and then triggers release of Corticotrophin R factor (CRF), corticotrophin-like intermediate lobe peptide and others molecules (dynorphins, POMC, adenosine, anandamide). Adenosine and opiate systems were shown to modulate each other, resulting in a withdrawal syndrome including yawning. The levels of these molecules increase in the cerebrospinal fluid during his algic stress. In my theory, yawning reduce (increase the clearance of these molecules) their concentration in CSF. Yawning appear as an homeostatic process, in your clinical case, which help decrease of some molecules discharged during his lumbar spine injurie (conflict).

thèses charcot

 
Les éditions oscitatio présentent :
 
Jean-Martin Charcot, membre de jurys de thèses
par Olivier Walusinski
 
un volume broché 192 pages en couleurs (165*230 mm)
 
Prix : 30 Euros Franco de port
Commander paiement par Paypal
 
 
Télécharger qq bonnes feuilles en pdf

Le bâillement, du réflexe à la pathologie
Le bâillement : de l'éthologie à la médecine clinique
Le bâillement : phylogenèse, éthologie, nosogénie
 Le bâillement : un comportement universel
La parakinésie brachiale oscitante
Yawning: its cycle, its role
Warum gähnen wir ?
 
Fetal yawning assessed by 3D and 4D sonography
Le bâillement foetal
Le bâillement, du réflexe à la pathologie
Le bâillement : de l'éthologie à la médecine clinique
Le bâillement : phylogenèse, éthologie, nosogénie
 Le bâillement : un comportement universel
La parakinésie brachiale oscitante
Yawning: its cycle, its role
Warum gähnen wir ?
 
Fetal yawning assessed by 3D and 4D sonography
Le bâillement foetal
http://www.baillement.com

Autres documents mis en ligne ce mois-ci :


 
Recherche par mot du site

 
avec l'aide de FreeFind

 
 
Yawning is our body's way of saying 20% of battery remaining
baillement.com
baillement.info
yawning.info
écrits et réalisés par
le Dr Walusinski
To unsubscribe - Pour se désabonner
 
lire les lettres précédentes d'information du site