baillement.com
baillement.info
yawning.info
logo
mercredi 1er novembre 2017
la lettre d'information du site baillement.com N°163
Si vous ne voyez pas les images, cliquez ici pour lire cette lettre dans votre navigateur.
If you cannot see pictures below, to view the email in your web browser click here
baillement.com est libre d'accès, base documentaire pour comprendre, chercher, travailler

A Neural Basis
for Contagious Yawning
Brown BJ, Kim S, Saunders H, Bachmann C, Thompson J, Ropar D, Jackson SR, Jackson GM.
Curr Biol. 2017;27(17):2713-2717


Resisting yawning increase the urge to yawn
 
Contagious yawning, in which yawning is triggered involuntarily when we observe another person yawn, is a common form of echophenomena&emdash;the automatic imitation of another's words (echolalia) or actions (echopraxia). The neural basis for echophenomena is unknown; however, it has been proposed that it is linked to disinhibition of the human mirror-neuron system and hyper-excitability of cortical motor areas.
 
The authors investigated the neural basis for contagious yawning using transcranial magnetic stimulation (TMS). Thirty-six adults viewed video clips that showed another individual yawning and, in separate blocks, were instructed to either resist yawning or allow themselves to yawn. Participants were videoed throughout and their yawns or stifled yawns were counted.
 
They used TMS to quantify motor cortical excitability and physiological inhibition for each participant, and these measures were then used to predict the propensity for contagious yawning across participants.
 
They demonstrate that instructions to resist yawning increase the urge to yawn and alter how yawns are expressed (i.e., full versus stifled yawns) but do not alter the individual propensity for contagious yawning. By contrast, TMS measures of cortical excitability and physiological inhibition were significant predictors of contagious yawning and accounted for approximately 50% of the variability in contagious yawning. These data demonstrate that individual variability in the propensity for contagious yawning is determined by cortical excitability and physiological inhibition in the primary motor cortex.
 
Tous les articles sur la contagion du bâillement
All articles about contagious yawning
 
serie
 
Résister au besoin de bâiller accroit l'envie de bâiller
 
Le bâillement « contagieux », celui qui est déclenché involontairement quand nous observons une autre personne bâiller, est une forme de comportement en écho comme il en existe d'autres tels la répétition involontaire des paroles d'autrui (échalolie) ou des actions (échopraxie). La base neurale des comportements en écho est mal connue ; cependant, il a été proposé qu'ils soient liés à la désinhibition du système ses neurones miroirs et à l'excitabilité des zones motrices corticales.
 
Les auteurs ont étudié la base neuronale du bâillement « contagieux » en utilisant la stimulation magnétique transcrânienne (TMS). Les mesures ont cherché à quantifier l'excitabilité motrice corticale d'une part et l'inhibition physiologique d'autre part.
 
Trente-six adultes ont regardé des clips vidéo montrant un bâillement. Ils ont reçu comme consigne de résister au besoin de bâiller ou au contraire de se laisser aller.
 
La TMS a été utilisée pour quantifier l'excitabilité corticale motrice et l'inhibition physiologique pour chaque participant. Les mesures ont ensuite été utilisées pour prédire la propension à la contagion de chacun des participants.
 
Les auteurs démontrent ainsi que les instructions pour résister au bâillement augmentent l'envie de bâiller et modifient la façon dont les bâillements sont extériorisés (c.-à-d. bâillements francs ou étouffés), mais ne modifient pas la propension individuelle à la contagion du bâillement.
 
En revanche, les mesures du TMS de l'excitabilité corticale et de l'inhibition physiologique sont des prédicteurs significatifs de contagion du bâillement et représentaient environ 50% de la variabilité à la susceptibilité à la contagion. Ces données démontrent que la sensibilité individuelle à la contagion du bâillement est déterminée par le seuil à l'excitabilité corticale et une inhibition physiologique dans le cortex moteur primaire.
 

4D ultrasound study of fetal facial expressions in the third trimester of pregnancy
AboEllail MAM, Kanenishi K, Mori N, Mohamed OAK, Hata T
J Matern Fetal Neonatal Med
2017:1-9.
 
 
Fetal yawning assessed by 3D and 4D sonography
Walusinski O, Kurjak A, Andonotopo W, Azumendi G
The Ultrasound Review of Obstetrics & Gynecology
2005;(3):210-217
 
Tous les articles consacrés au bâillement foetal
Fetal yawning: all publications
 
Scholarpedia

The decreasing frequency of fetal yawning after 30 weeks of gestation may explain the emergence of distinct states of arousal
 
This paper evaluates the frequencies of fetal facial expressions in the third trimester of pregnancy, when fetal brain maturation and development are progressing in normal healthy fetuses.
 
Four-dimensional (4D) ultrasound was used to examine the facial expressions of 111 healthy fetuses between 30 and 40 weeks of gestation. The frequencies of seven facial expressions (mouthing, yawning, smiling, tongue expulsion, scowling, sucking, and blinking) during 15-minute recordings were assessed. The fetuses were further divided into three gestational age groups (25 fetuses at 30-31 weeks, 43 at 32-35 weeks, and 43 at >36_weeks). Comparison of facial expressions among the three gestational age groups was performed to determine their changes with advancing gestation.
 
Mouthing was the most frequent facial expression at 30-40weeks of gestation, followed by blinking. Both facial expressions were significantly more frequent than the other expressions (p< 0.05). The frequency of yawning decreased with the gestational age after 30_weeks of gestation (p= 0.031). Other facial expressions did not change between 30 and 40 weeks. The frequency of yawning at 30-31weeks was significantly higher than that at 36-40 weeks (p< 0.05). There were no significant differences in the other facial expressions among the three gestational age groups.
 
Their results suggest that 4D ultrasound assessment of fetal facial expressions may be a useful modality for evaluating fetal brain maturation and development. The decreasing frequency of fetal yawning after 30 weeks of gestation may explain the emergence of distinct states of arousal.
 
babyyawn
 
La fréquence décroissante du nombre de bâillements fœtaux après 30 semaines de gestation peut expliquer l'émergence d'états d'éveil distincts
 
Cet article évalue la fréquence des expressions faciales fœtales pendant le troisième trimestre de la grossesse, chez des fœtus sains, au moment privilégié de la maturation et du développement du cerveau fœtal.
 
Une échographie en quatre dimensions (4 D) a été utilisée pour examiner les expressions faciales de 111 fœtus sains entre 30 et 40 semaines de gestation. Les auteurs évaluent les fréquences de sept expressions faciales (ouverture de bouche, bâillement, sourire, tirer la langue, sucer, aspirer et cligner des yeux) pendant des enregistrements de 15 minutes.
 
Trois groupes d'âge gestationnels ont été constitués (25 fœtus à 30-31 semaines, 43 à 32-35 semaines et 43 à 36 semaines). La comparaison des expressions faciales chez les trois groupes d'âge gestationnels a été effectuée pour déterminer leurs changements en fonction de la progression de la gestation.
 
L'ouverture de bouche était l'expression faciale la plus fréquente à 30-40 semaines de gestation, suivie de clignotement d'yeux. Les deux expressions faciales étaient significativement plus fréquentes que les autres expressions (p <0,05). La fréquence du bâillement a diminué avec l'âge gestationnel après 30 semaines de gestation (p = 0,031). Les autres expressions faciales n'ont pas changé entre 30 et 40 semaines. La fréquence du bâillement à 30-31 semaines était significativement supérieure à celle de 36 à 40 semaines (p <0,05). Il n'y avait aucune différence significative dans les autres expressions faciales chez les trois groupes d'âge gestationnels.
 
Ces résultats suggèrent que l'évaluation par ultrasons 4D des expressions faciales du fœtus peut être une modalité utile pour évaluer la maturation et le développement du cerveau fœtal. La fréquence décroissante du nombre de bâillements fœtaux après 30 semaines de gestation peut expliquer l'émergence d'états d'éveil distincts.

 

Talent and deficit in Left-Handedness

Nat C. Robertson
Emory University

On the other Hand, left hand, right brain, mental disorder and history
Howard I. Kushner
Johns Hopkins University Press 2017
 
Since the late Stone Age, approximately 10 percent of humans have been left-handed, yet for most of human history left-handedness has been stigmatized. In On the Other Hand, Howard I. Kushner traces the impact of left-handedness on human cognition, behavior, culture, and health.
 
A left-hander himself, Kushner has long been interested in the meanings associated with left-handedness, and ultimately with whether hand preference can even be defined in a significant way. As he explores the medical and cultural history of left-handedness, Kushner describes the associated taboos, rituals, and stigma from around the globe. The words "left" and "left hand" have negative connotations in all languages, and left-handers have even historically been viewed as disabled.
 
In this comprehensive history of left-handedness, Kushner asks why left-handedness exists. He examines the relationship&emdash;if any&emdash;between handedness, linguistics, and learning disabilities, reveals how toleration of left-handedness serves as a barometer of wider cultural toleration and permissiveness, and wonders why the reported number of left-handers is significantly lower in Asia and Africa than in the West. Written in a lively style that mixes personal biography with scholarly research, On the Other Hand tells a comprehensive story about the science, traditions, and prejudices surrounding left-handedness.
 
 
Une histoire des gauchers et de la gaucherie
 
Depuis la fin de l'âge de pierre, environ 10% des humains sont gauchers, mais à toutes les époques de l'histoire humaine, le gaucher a été stigmatisé. Dans "In the other Hand", Howard I. Kushner retrace l'impact du fait d'être gaucher sur la cognition humaine, le comportement, la culture et la santé.
 
Gaucher lui-même, Kushner s'intéresse depuis longtemps aux significations associées à la gaucherie et cherche à savoir si la préférence de la main gauche a une signification spéciale. Explorant l'histoire médicale et culturelle de la gaucherie, Kushner décrit les tabous, les rituels et la stigmatisation qui y sont associés partout dans le monde. Les mots «gauche» et «main gauche» ont des connotations négatives dans toutes les langues, et les gauchers ont même été historiquement considérés comme dégénérés.
 
Dans cette histoire complète de la gaucherie, Kushner demande pourquoi elle existe. Il examine la relation qui, le cas échéant, existent entre les penchants, la linguistique et les troubles d'apprentissage. Il révèle combien, plus largement, la tolérance des gauchers sert de baromètre à la tolérance et à la permissivité culturelle, et se demande pourquoi le nombre de gauchers signalés est nettement plus bas en Asie et en Afrique qu'en Occident. Écrit dans un style vif, mélangeant sa biographie personnelle aux recherches académiques, On the Other Hand raconte une histoire complète de la science, des traditions et des préjugés entourant la gaucherie.


Un baaillement, comme quand on a envie de dormir
Plutarque
 
 
Car en toutes choses la beauté se compose comme par une consonance, et convenance mesuree de plusieurs bienseances concurrentes ensemble en un mesme temps: mais la laideur s'engendre incontinent par la moindre du monde qui y defaille ou qui y soit de plus qu'il ne fault mal à propos: comme notamment en cest acte d'ouir, non seulement un froncis de sourcil, ou une triste chere de visage, un regard de travers, une torse de corps, un croisement de cuisses l'une sur l'autre mal-honneste, mais seulement un clin d'oeil ou de teste, un parler bas en l'oreille d'un autre, un ris, un baaillement, comme quand on a envie de dormir, un silence, et toute autre chose semblable, est reprehensible, et requiert que lon y prenne bien soigneusement garde.

Bicentenaire de la publication
 
An Essay on the Sahking Palsy
par James Parkinson
 
Jeudi 7 décembre 2017
ICM
La Salpêtrière, Paris


Le bâillement, du réflexe à la pathologie
Le bâillement : de l'éthologie à la médecine clinique
Le bâillement : phylogenèse, éthologie, nosogénie
 Le bâillement : un comportement universel
La parakinésie brachiale oscitante
Yawning: its cycle, its role
Warum gähnen wir ?
 
Fetal yawning assessed by 3D and 4D sonography
Le bâillement foetal
Le bâillement, du réflexe à la pathologie
Le bâillement : de l'éthologie à la médecine clinique
Le bâillement : phylogenèse, éthologie, nosogénie
 Le bâillement : un comportement universel
La parakinésie brachiale oscitante
Yawning: its cycle, its role
Warum gähnen wir ?
 
Fetal yawning assessed by 3D and 4D sonography
Le bâillement foetal
http://www.baillement.com

Autres documents mis en ligne ce mois-ci :

Résultats du sondage
 au 31 octobre 2017
 
 
Recherche par mot du site

 
avec l'aide de FreeFind


Nombre de questionnaires remplis : 7721
Combien de fois bâillez-vous par jour ? <5 = 23%.. 5-10 = 21,1%.. 10-15 = 15,4%.. 15-20 = 11,3%.. >20 = 29,2%
Ressentez-vous des baillements excessifs ?
49,3% = non, tant mieux
39,1% = oui et je ne sais pas pouquoi
9,6% = oui et je prends des antidépresseurs
1,1% = oui et je prends des anti-épileptiques
6,9% = oui et je prends d'autres médicaments
2,4% = oui et j 'ai des troubles neurologiques
2,4% = oui et j 'ai des troubles hormonaux
1,3% = oui et j 'ai des tics moteurs
1,6% = oui et j 'ai des tocs
déclenchez-vous facilement le bâillement d'autrui ? 74,2%
êtes-vous sensible au bâillement d'autrui ? 66,8%
 
John B. Watson
1925
 
 
There is no fixed differentiation of response in either hand until social usage begin to estabish handedness
baillement.com
baillement.info
yawning.info
écrits et réalisés par
le Dr Walusinski
To unsubscribe - Pour se désabonner
 
lire les lettres précédentes d'information du site