baillement.com
oscitatio.com
charcot2025.fr
logo
vendredi 1er septembre 2023
la lettre d'information du site baillement.com N°221
Si vous ne voyez pas les images, cliquez ici pour lire cette lettre dans votre navigateur.
If you cannot see pictures below, to view the email in your web browser click here
baillement.com est libre d'accès, base documentaire pour comprendre, chercher, travailler

On the link between rapid eye movement sleep and yawning
Andrew Gallup
Sleep and Breathing 2023
 
Tous les articles d'Andrew Gallup

Find below the first part of a new article by Adrew Gallup
 
In a recent review article (The Lancet Neurology, 21(10), pp.937&endash;946), Seigel [1] argues that rapid eye movement (REM) sleep evolved as a thermostatically controlled brain heating mechanism, extending upon a proposal by Wehr [2] 30 years prior. This hypothesis proposes that the heightened and distinctive neurological activity associated with REM sleep functions to warm the brain following decreases in brainstem temperature and reductions in metabolism and energy consumption that occur during non-REM sleep. Accordingly, REM sleep serves to keep the brain metaboli- cally functional and easily awakened. Evidence in support of this hypothesis appears strong and is presented from various studies of comparative thermoregulatory physiology and REM sleep. Notably, Seigel [1] draws attention to the striking inverse relationship (r = _ 0.975) between core temperature and REM sleep duration among birds, placental mammals, marsupials, and monotreme species.
 
The focus of this letter is to highlight how the evidence presented for the brain heating function to REM sleep pro- vides novel support for the brain cooling hypothesis of yawning [3]. According to the brain cooling hypothesis, yawns are triggered by elevated or intermittent rises in brain temperature [4], and the stereotyped motor action pattern of this behavior functions to cool the brain through enhanced intracranial circulation, countercurrent heat exchange with the ambient air, and evaporation of the sinus mucosa [reviewed by 5]. Interdisciplinary studies from the fields of psychology, animal behavior, physiology, psychopharma- cology, and sleep medicine all support the view that yawn- ing holds a thermoregulatory cooling function for the brain [6]. While a robust ontogenetic relationship between REM sleep duration and yawn frequency has previously been documented, i.e., REM sleep and yawning are positively correlated across the lifespan [reviewed by 7], the exact mechanism(s) governing this connection had yet to be eluci- dated. However, the brain heating hypothesis for REM sleep suggests that the close coupling between REM sleep dura- tion and yawning frequency is driven by brain thermoregula- tion: i.e., as further warming of the brain occurs with longer periods of REM sleep, yawn frequency is increased during the waking period as a compensatory cooling mechanism to maintain optimal thermal homeostasis. On the link between rapid eye movement sleep and yawning....
 
Voici la début d'un nouvel article d'Andrew Gallup
 
Dans un article récent (The Lancet Neurology, 21(10), pp.937-946), Seigel affirme que le sommeil paradoxal (REM) est devenu un mécanisme de réchauffement du cerveau contrôlé thermostatiquement, reprenant une proposition faite par Wehr 30 ans plus tôt. Selon cette hypothèse, l'activité neurologique accrue et spécifique associée au sommeil paradoxal a pour fonction de réchauffer le cerveau à la suite des baisses de température du tronc cérébral et des réductions du métabolisme et de la consommation d'énergie qui se produisent pendant le sommeil lent. En conséquence, le sommeil paradoxal permet au cerveau de rester métaboliquement fonctionnel et de se réveiller facilement. Les preuves à l'appui de cette hypothèse semblent solides et proviennent de diverses études comparatives de la physiologie de la thermorégulation et du sommeil paradoxal. En particulier, Seigel attire l'attention sur la relation inverse frappante (r = - 0,975) entre la température centrale et la durée du sommeil paradoxal chez les oiseaux, les mammifères placentaires, les marsupiaux et les espèces monotrèmes. L'objectif de cette lettre est de souligner comment les preuves présentées pour la fonction de réchauffement du cerveau dans le sommeil paradoxal apportent un nouvel argument à l'appui de l'hypothèse du refroidissement du cerveau dans les bâillements.
 
Selon l'hypothèse du refroidissement du cerveau, les bâillements sont déclenchés par des hausses élevées ou intermittentes de la température du cerveau, et le modèle d'action stéréotypé de ce comportement fonctionne pour refroidir le cerveau par le biais d'une circulation intracrânienne améliorée, d'un échange de chaleur à contre-courant avec l'air ambiant et de l'évaporation de la muqueuse sinusale. Des études interdisciplinaires dans les domaines de la psychologie, du comportement animal, de la physiologie, de la psychopharmacologie et de la médecine du sommeil soutiennent toutes l'idée que le bâillement a une fonction thermorégulatrice de refroidissement du cerveau. Bien qu'une relation ontogénétique solide entre la durée du sommeil paradoxal et la fréquence des bâillements ait déjà été documentée, c'est-à-dire que le sommeil paradoxal et les bâillements sont positivement corrélés tout au long de la vie, le(s) mécanisme(s) exact(s) régissant cette connexion n'avait(ent) pas encore été élucidé(s). Cependant, l'hypothèse du réchauffement du cerveau pour le sommeil paradoxal suggère que le lien étroit entre la durée du sommeil paradoxal et la fréquence des bâillements est dû à la thermorégulation du cerveau : c'est-à-dire que, comme le réchauffement du cerveau se poursuit avec des périodes plus longues de sommeil paradoxal, la fréquence des bâillements augmente pendant la période d'éveil comme un mécanisme compensatoire de refroidissement pour maintenir une homéostasie thermique optimale.....

Dysfunctional breathing symptoms, functional impact and quality of life in patients with long COVID-19: a prospective case series
 
Genecand L, Altarelli M, Binkova A, Loew S, Vaudan S, Gex G, Bridevaux PO, Frésard I.
BMJ Open Respir Res
2023 Jul;10(1):e001770

Yawning during long COVID
 
Dysfunctional breathing is increasingly recognised after SARS-CoV-2 infection, but the associated symptoms, functional impact and quality of life have not been systematically studied.
 
This study describes a prospective case series of 48 patients with dysfunctional breathing based on compatible symptoms and an abnormal breathing pattern during cardiopulmonary exercise testing. Patients with underlying disease that could explain these symptoms were excluded. Median time from COVID-19 to evaluation was 212 (IQR 121) days. Self-administered questionnaires, including the Nijmegen questionnaire, Short-Form (36) Health Survey (SF-36), Hospital Anxiety and Depression Scale, modified Medical Research Council scale, post-COVID-19 Functional Scale, and specific long COVID symptoms, were the outcome measures.
 
On average, mean V'O2 was preserved. Pulmonary function tests were within limits of normality. Hyperventilation, periodic deep sighs/erratic breathing and mixed types of dysfunctional breathing were diagnosed in 20.8%, 47.1% and 33.3% of patients, respectively. After dyspnoea, the five most frequent symptoms using the Nijmegen scale with a cut-off of 3 were faster/deeper breathing (75.6%), palpitations (63.8%), sighs (48.7%), unable to breathe deeply (46.3%) and yawning (46.2%). Median Nijmegen and Hospital Anxiety and Depression Scale scores were 28 (IQR 20) and 16.5 (IQR 11), respectively. SF-36 scores were lower than the reference value.
 
Conclusions Long COVID patients with dysfunctional breathing have a high burden of symptoms, functional impact and a low quality of life, despite no or negligible organic damage.
 
Les bâillements au cours des COVID longs
 
La respiration dysfonctionnelle est de plus en plus reconnue après une infection par le SRAS-CoV-2, mais les symptômes associés, l'impact fonctionnel et la qualité de vie n'ont pas été systématiquement étudiés.
 
Cette étude décrit une série de cas prospectifs de 48 patients présentant une respiration dysfonctionnelle basée sur des symptômes compatibles et un schéma respiratoire anormal lors d'un test d'effort cardio-pulmonaire. Les patients présentant une maladie sous-jacente susceptible d'expliquer ces symptômes ont été exclus. Le délai médian entre le COVID-19 et l'évaluation était de 212 (IQR 121) jours. Des questionnaires auto-administrés, y compris le questionnaire de Nijmegen, le Short-Form (36) Health Survey (SF-36), l'Hospital Anxiety and Depression Scale, l'échelle modifiée du Medical Research Council, l'échelle fonctionnelle post-COVID-19 et les symptômes longs spécifiques de la COVID, ont été les mesures des résultats.
 
En moyenne, la V'O2 moyenne a été préservée. Les tests de la fonction pulmonaire étaient dans les limites de la normalité. L'hyperventilation, les soupirs profonds périodiques/la respiration erratique et les types mixtes de respiration dysfonctionnelle ont été diagnostiqués chez 20,8 %, 47,1 % et 33,3 % des patients, respectivement. Après la dyspnée, les cinq symptômes les plus fréquents selon l'échelle de Nijmegen avec un seuil 3 étaient une respiration plus rapide/plus profonde (75,6 %), des palpitations (63,8 %), des soupirs (48,7 %), une incapacité à respirer profondément (46,3 %) et des bâillements (46,2 %). Les scores médians de l'échelle de Nijmegen et de l'échelle hospitalière d'anxiété et de dépression étaient respectivement de 28 (IQR 20) et de 16,5 (IQR 11). Les scores SF-36 étaient inférieurs à la valeur de référence.
 
Conclusions: Les patients atteints de COVID long et de dysfonctionnement respiratoire présentent un nombre élevé de symptômes, un impact fonctionnel et une faible qualité de vie, malgré l'absence de lésions organiques ou des lésions négligeables.

Le bâillement, du réflexe à la pathologie
Le bâillement : de l'éthologie à la médecine clinique
Le bâillement : phylogenèse, éthologie, nosogénie
 Le bâillement : un comportement universel
La parakinésie brachiale oscitante
Yawning: its cycle, its role
Warum gähnen wir ?
 
Fetal yawning assessed by 3D and 4D sonography
Le bâillement foetal
Le bâillement, du réflexe à la pathologie
Le bâillement : de l'éthologie à la médecine clinique
Le bâillement : phylogenèse, éthologie, nosogénie
 Le bâillement : un comportement universel
La parakinésie brachiale oscitante
Yawning: its cycle, its role
Warum gähnen wir ?
 
Fetal yawning assessed by 3D and 4D sonography
Le bâillement foetal
http://www.baillement.com

Autres documents mis en ligne ce mois-ci :
  •  


Recherche par mot du site

 
avec l'aide de FreeFind

 
baillement.com
oscitatio.com
charcot2025.fr
écrits et réalisés par
le Dr Walusinski
To unsubscribe - Pour se désabonner
 
lire les lettres précédentes d'information du site