Introduction
Qu'est-ce qu'un bâillement
Bâiller : l'étymologie
Quand bâillons-nous ?
Interprétations historiques
Charcot mardi 23 oct 1888
Nouvelles conceptions
la contagion du bâillement
Phylogénèse
Neurophysiologie du bâillement
Schémas anatomiques, embryologie
Sémiologie et examen clinique
Complications manoeuvre de Nélaton
L'excès de bâillements : des tics ?
Bâillements et autres pathologies
Bâillements iatrogènes
Enquête en médecine générale
Observations et cas cliniques
Les mystères restant à éclaircir
Bibliographie
Visiter des sites sur le sommeil
Visiter des sites médicaux et bibliothèques
Index - plan du site
Résumé - vulgarisation
Les critères éthiques du site
L'actualité du site
L'auteur : Dr Walusinski. email
Télécharger textes du site
Recherche par thème
Recherche par mot du site :

 
avec l'aide de
FreeFind

S'inscrire à la lettre d'information sur le bâillement
Du bâillement en littérature
Le bâillement vu par les peintres
londe-12.objectifs
1891 twelve lens camera Albert Londe
 
 chambre.londe.dessoudeix
 Petite chambre de Londe et Dessoudeix
 
Biographies de neurologues
 
Nouvelle Iconographie de La Salpêtrière
 
 L'histoire des neurosciences à La Pitié et à La Salpêtrière J Poirier
The history of neurosciences at La Pitié and La Salpêtrière J Poirier
 
 
 
 
haut de page
 
 
 
resolutionmini
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
haut de page
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
haut de page

 mise à jour du
11 décembre 2003
 Les biographies de neurologues
Albert Londe
1858-1917
 
Mlle Mabillon attaque hystérique tenue par E. Brissaud1882

logo

Albert Londe fut l'un des pionniers de la photographie médicale et plus particulièrement de la photographie à rayon X, il fut aussi l'inventeur de la photographie instantanée. Son affiliation au service du professeur Charcot marqua l'histoire de l'imagerie médicale. Cependant, Londe se distingua par ses instantanés, ses chronophotographies et ses photographies au flash d'un monde moderne en mutation.
 
En 1887, il fonde, avec Tissandier, la Société d'Excursions des Amateurs Photographes. Dès lors commence pour Londe une aventure photographique dans le monde merveilleux du cirque, de la corrida et du théâtre de rue. Cet exercice excursionniste de captation de sujets inédits préfigure l'iconographie photo-journalistique. Ces sujets appartenant à un univers situé entre réel et imaginaire, à moins que ce ne soit le contraire, s'apparentent étrangement à ces patients que Londe a photographié à la Salpetrière. Les portraits présentés révèlent un attrait de Londe pour les êtres marginaux de l'époque industrielle.
 
Londe s'approprie dans les années 80, la chronophotographie, qui lui permet de produire des images successives prises à des intervalles de temps mesuré. Cette technique de photographie séquentielle lui permet de décomposer le mouvement du cheval, de l'épileptique, de l'hystérique, ou de l'acrobate.
 
Son attrait pour la captation du vif amène Londe à se spécialiser dans les obturateurs. Les perfectionnements qu'il y apporte (il remplace entre autre le fil de caoutchouc par un ressort) lui permettent d'atteindre des temps de pose rapides et d'éviter les soubresauts. Cette invention permet dès lors de passer de la chambre à l'appareil photo, l'outil d'enregistrement devient une machine. Ce militant de la photographie instantanée explora à la fin de sa vie les champs de la lumière artificielle et de l'éclairage combiné ; ces prémisses théoriques et pratiques nous offrent à voir les instants rêvés de ce photographe.
 
Cet expérimentateur multiforme qui fut à la fois journaliste, artiste, inventeur à travers des instantanés, des images ludiques, des travaux d'imagerie scientifique, collabora au laboratoire d'imagerie de la Salpêtrièrie et à un manuel de pathologie; il fut un artiste, prêta sa collaboration au peintre du XIX° siècle, comme à l'expo l'art du Nu au XIX° siècle, assista Alphonse Bertillon avec qui il collabora au service de l'identité judiciaire de la préfecture (invention de la photo anthropométrique).
 
londe.photographie.medicale

Albert Londe is in his own time one of the nineteenth century's greatest authorities on photographic processes and technology.
 
His task as photographer at the photographic laboratory of the Salpêtrière hospital (Paris) and from 1884 as the director of the laboratory is to construct a systematic photographic iconography of nervous diseases. The chronophotographical method is very useful for studying hysterical and epileptic movements, which are one of Londe's particular interests.
The twelve-lens camera is the second camera Londe constructs in 1891. It is operated with an electrical release that can be set to a different interval depending on the pathological movements of the mental illness. The camera uses a plate of 24 by 30 cm on which images of 7 by 7 cm for each of the lenses are exposed. Because of their position each lens gives a different perspective viewpoint.
 
Muybridge's Animal Locomotion and its usefulness for artists is for Londe a motive to chronophotograph other subjects as well: Atlas d'anatomie artistique (1895), with Paul Richer Atlas de physiologie artistique (1895), Album de chrono- photographiesdocumentaires à l'usage des artistes (1903).
 
His photographs are also published in Le Bon's L'equitation actuelle et ses principes (1895), Paul Richer's Physiologie artistique de l'homme en mouvement (1895) and his Nouvelle anatomie artistique de l'homme en mouvement (1920/29).
 
www.baillement.com
londe-myopathie.duchenne
la myopathie de Duchenne de Boulogne
lmonde-hysterie
Hystérie
 
plan atelier photolabo-photo