FindMe
 
Le bâillement, du réflexe à la pathologie
Le bâillement : de l'éthologie à la médecine clinique
Le bâillement : phylogenèse, éthologie, nosogénie
 Le bâillement : un comportement universel
La parakinésie brachiale oscitante
Yawning: its cycle, its role
Warum gähnen wir ?
 
Fetal yawning assessed by 3D and 4D sonography
Le bâillement foetal
Le bâillement, du réflexe à la pathologie
Le bâillement : de l'éthologie à la médecine clinique
Le bâillement : phylogenèse, éthologie, nosogénie
 Le bâillement : un comportement universel
La parakinésie brachiale oscitante
Yawning: its cycle, its role
Warum gähnen wir ?
 
Fetal yawning assessed by 3D and 4D sonography
Le bâillement foetal
http://www.baillement.com
 
  Flip-flop switch et bâillements
Prostaglandines, adénosine, sommeil & bâillements
Leptine, ghréline, histamine et bâillements
 
 
 
 Sleep-wakefulness, EEG and behavioral studies of chronic cats without neocortex and striatum: the "diencephalic" cat
Villablanca J, Marcus R
 
 Physiology of Oxytocin 
 
 
  A quoi sert le sommeil ?
Why do we sleep ?
 
 
  
Dopamine agonist-induced yawning in rats: a dopamine D3 receptor mediated behavior
Collins G et al
 
 
 
 haute de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

haut de page

mise à jour
1 octobre 2014
 Lexique
Quand bâillons-nous ?
 
 Voulez-vous répondre à un questionnaire sur vos bâillements ?
Yawning scale. Questionnaire estimant les bâillements. PDF
Le premier Holter pour les bâillements
Chat-logomini
 
De notre premier à notre dernier souffle nous bâillons environ 250 000 fois !
 
Le bâillement est associé à la somnolence (Hermann et al. 2010) que ce soit en état de fatigue à l'approche de l'endormissement ou au sortir du sommeil. L'éveil semble le moment privilégié de l'association bâillements et étirements. (voir enquête en médecine générale et enquête américaine ). Enquête du Prof Provine, dont les graphiques sont reproduits ci-dessous. Aucun corrélat n'a été trouvé entre la durée du sommeil et la fréquence des bâillements.
 
L'ennui (expériences de R Provine) générateur d'une baisse de la vigilance favorise les bâillements. La grossesse, la plénitude gastrique, ou le jeûne sont des circonstances où la fréquence des bâillements augmente. Le mal des transports (cinétose) débute par des crises de bâillements répétés. De même, lors de l'installation d'un malaise vaso-vagal , la sensation de malaise général s'accompagne de bâillements et de sudation.
 
Les activités répétitives et monotones favorisent l'apparition de bâillements répétés comme l'ont montré des études chez des travailleurs postés. Les activités alternées hebdomadairement, appelées 3 fois 8, favorisent des épisodes de somnolence précédés de salves de bâillements, par dette de sommeil et perturbations des rythmes circadiens (cortisol). Lors de la conduite automobile , en particulier pour de grandes distances sur autoroute, la répétition des bâillements est un signal d'alarme pouvant prévenir le chauffeur du risque d'endormissment. Provine a proposé à des étudiants de regarder une vidéo distrayante et une vidéo monotone. Il a trouvé une corrélation significative entre fréquence des bâillements et vidéo monotone. Des conditions d'environnement comme le confinement dans un local de dimensions réduites, la chaleur excessive, sont des facteurs majorant la fréquence des bâillements causés par l'ennui. Greco et Baenninger ont établi que la fréquence des bâillements est élevée dans 4 situations de la vie quotidienne: lire, voyager dans un transport en commun, conduire, attendre.
 
Le bâillement est suivi d'une déglutition automatique involontaire. Ceci permet d'envisager une rééduction de la déglution en déclenchant des bâillements contagieux déclencheurs. Le bâillement est un symptôme de somnolence en cas de syndrome d'apnées du sommeil.
 
Comme il existe de grands et de petits dormeurs, il existe des bâilleurs rares et des bâilleurs fréquents. Salzarulo et al ont montré la variabilité des horaires des bâillements en fonction du chronotype: les lèves-tôts bâillent peu le matin et beaucoup le soir, alors que les couches-tards bâillent beaucoup le matin et peu en fin d'après midi, mais recommencent quand la soirée se prolonge tardivement. De même, le bâillement évolue avec l'âge, se raréfiant avec le vieillissement (Zilli et al 2008)
 
Il n'existe pas de différence entre les sexes (à la différence de certains singes chez qui le bâillement est testostérone-dépendant). Le bâillement apparait aussi lors des changements d'état de vigilance chez le prématuré. (Voir le bâillement foetal)
 
La pratique de l'échographie a montré que le foetus bâille pendant la vie intra-utérine . La revue anglaise New Scientist du 10 avril 1999 rapporte un travail du centre de diagnostic prénatal de Signal Montain (Tennessee) où W. Blackburn et R. Roberts estiment que le bâillement, détecté dès la 12° semaine, constitue un élément essentiel au bon développement pulmonaire du foetus. Le bien être foetal peut aussi être évalué par l'étude du bâillement foetal. Une augmentation de fréquence des bâillements est correllée à une anémie foetale et semble essayer de procurer une augmentation du retour veineux vers le coeur. Voir ci-dessous une échographie de bâillement foetal en 3D.
 
L'embryologie du système nerveux et de la face montre un parallélisme étroit entre bâillement et succion: mêmes structures neuroanatomiques, même période d'apparition foetale. Succion et bâillements sont les deux activités motrices coordonnées, présentes dès la vie intra-utérine et se poursuivant après la naissance, témoingant de la maturation fonctionnelle harmonieuse du tronc cérébral. Voir le bâillement chez le prématuré.
 
Nous avons tous constaté que nouveau-nés et petits nourrissons bâillent très fréquemment avec constamment des étirements prolongés. La contagion du bâillement n'apparaît qu'entre 2 et 4 ans. Mais l'adulte regardant bâiller un bébé est sujet à sa contagion. La fréquence des bâillements diminue avec l'avancée en âge, parallèlement à la réduction de la durée de sommeil. Chez l'enfant, le bâillement est aussi en relation avec les rythmes scolaires et les habitudes de vie. Lors du passage de l'école maternelle - peu contraignante - à la première année de primaire - où se fait l'apprentissage de la lecture et du calcul qui nécessitent une attention soutenue et des efforts mentaux importants - la proportion d'enfants bâilleurs croit significativement. L'augmentation a lieu au début de la matinée (à 9 heures 68 % des enfants bâillent contre 53 % en maternelle) et l'après-midi (à 14 heures 68 % contre 40 %). La fréquence évolue aussi parallèlement : elle serait de 12 par minutes en maternelle, puis de 30 par minute en cours préparatoire de première année.
 
L'éthologie plaide pour donner un rôle de communication non verbale au bâillement (effet de synchronisation d'humeur d'un groupe, signal de décroissance d'un état de tension relationnelle ?). Les travaux récents concernant le comportement d'attachement (mère-enfant; individu-groupe, individu-individu ) montre le rôle essentiel de l'oxytocine et du noyau paraventriculaire de l'hypothalamus, comme pour le bâillement. (voir The neurobiology of attachment).
 
Chez l'homme, la signification sociale du bâillement est un signal de fatigue ou d'ennui de l'interlocuteur. Ceci parait plus un conditionnement psychosocial signifiant que comme une fonction physiologique. M de la Salle prêtre, instituteur des écoles chrétienne, dans sa livraison de 1776 écrivait dans « les règles de la bienséance et de la civilité chrétienne » : « Il faut surtout prendre garde en bâillant de ne rien faire qui soit indécent, et de ne pas bâiller excessivement : il est très malséant de le faire avec bruit; et encore plus de s'allonger et de s'étendre en le faisant ».
 
Il est banal de voir, par exemple, des sauteurs en parachute bâiller avant de sauter ou des sportifs de haut niveau avant une épreuve. Les vétérinaires connaissent bien les bâillements répétés des chiens dans leur salle d'attente. Ces bâillements de stress témoignent de la contre-action apaisante du bâillement (activité cholinergique para-sympathique) après la décharge adrénegique du stress. Assez siimlairement, l'éthologie décrit des activités de détente, c'est à dire dérivatives, displacement activities, dont le bâillement fait partie.
 
Enfin, il semble que le bâillement puisse devenir un réflexe conditionné comme les test de renforcement par des récompenses alimentaires l'ont montré chez des primates non humains.
 
The functional relationship between yawning and vigilance (new 2007)
En 2007, Gallup & Gallup émettent l'idée d'un effet refroidissant du cerveau au cours du bâillement.
 
Bâillements du foetus: la naissance d'un comportement révélé par l'échographie 4D O.Walusinski
Illustrations de la thèse de Wolter Seuntjens
L'examen clinique du bâilleur excessif
Le bâillement de J Barbizet 1958
Le bâillement en neuropsychopharmacologie clinique O Blin 2001
Le bâillement Aubin HJ, Garma L 1988
Yawning by Flavio Aloé 1994
 
Le bâillement : de l'éthologie à la médecine clinique
 
The effects of status on yawning behavior Caswell TA, 1991
 
Fetal yawning W Sepulveda, M Mangiamarchi
Fetal yawning in utero at 20 weeks gestation Sherer DM, Smith SA, Abramowicz JS
Yawning and behavioral states in premature infants Giganti F, Hayes MJ, Akilesh MR, Salzarulo P
The role of the Eusatchius tube and the tympanal muscles in yawning Laskiewicz A
Bâillements du foetus: la naissance d'un comportementrévélée par l'échographie 4D Dr O.Walusinski
 
La thèse de E Schniter : The evolution of yawning : why do we yawn and why is it contagious
Les travaux de Robert Provine 
Baenninger R, Binkley S, Baenninger M Field observations of yawning and activity in humans.
Baenninger R On yawning and its functions
Baenninger R, Greco M Some antecedents and consequences of yawning
Greco M, Baenninger R On the context of yawning: when, where, and why ?
Baenninger R Some comparative aspects of yawning in Betta sleepnes, Homo Sapiens, Pantera leo and Papio sphinx
Hadidian J Yawning in old world monkey, Macaca nigra,Behaviour 1980
Troisi A, Aureli F The influence of age, sex, rank on yawning behavior in two species of macaques
Zilli I, Giganti F, Uga V Yawning and subjective sleepiness in the ederly
Anias J et al Circadian variation of yawning behavior
Walusinski O Le bâillement: naissance, vie et sénescence
Guggisberg A, Matis J et al. Why do we yawn ?
 
-Giganti F, Hayes MJ, Akilesh MR, Salzarulo P. Yawning and behavioral states in premature infants Developmental Psychobiology 2002; 41; 3; 289-96
-Giganti F, Hayes MJ Cioni G, Salzarulo P Yawning frequency and distribution in preterm and near term infants assessed throughout 24-h recordings Infant Behav & Development 2007;30(4):641-647
-Guggisberg AG, Mathis J, Herrmann US, Hess CW.The functional relationship between yawning and vigilance. Behav Brain Res 2007;179(1):159-166
-Guggisberg A, Matis J et al. Why do we yawn ? Neurosci Biobehav Rev 2010;34:1267-1276
-Zilli I, Giganti F, Salzarulo P. Yawning in morning and evening types. Physiol Behav 2007;91(2-3):218-222
-Zilli I, Giganti F, Uga V. Yawning and subjective sleepiness in the ederly. J Sleep Res 2008;17;3003-308
yawnn-stretching.1yawn-stretching.2
échographie-g3D

3D Dr Benoit
 
le bâillement foetal