La lettre d'information du site
 
Le bâillement, du réflexe à la pathologie
Le bâillement : de l'éthologie à la médecine clinique
Le bâillement : phylogenèse, éthologie, nosogénie
 Le bâillement : un comportement universel
La parakinésie brachiale oscitante
Yawning: its cycle, its role
Warum gähnen wir ?
 
Fetal yawning assessed by 3D and 4D sonography
Le bâillement foetal
Le bâillement, du réflexe à la pathologie
Le bâillement : de l'éthologie à la médecine clinique
Le bâillement : phylogenèse, éthologie, nosogénie
 Le bâillement : un comportement universel
La parakinésie brachiale oscitante
Yawning: its cycle, its role
Warum gähnen wir ?
 
Fetal yawning assessed by 3D and 4D sonography
Le bâillement foetal
http://www.baillement.com 
 
mystery of yawning
  Imiter pour découvrir l'humain
 
 
resolutionmini
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
haut de page
 
 
 

mise à jour du
29 août 2015
 
La réplication du bâillement
2004
Echokinésie du bâillement,
théorie de l'esprit (Theory of mind)
et empathie
O. Walusinski
Télécharger le fichier pdf de cet article
 
Echokinetic yawning, theory of mind, and empathy

Chat-logomini

 Test de susceptibilité à la contagion du bâillement
 
Contagious yawning - Réplication du bâillement bibliographie complète
 
Scipion Dupleix 1626
dupleix
 
Rambosson J. Propagation à distance des affections et des phénomènes nerveux expressifs
Mémoire lu à l'Académie de médecine le 8 juin 1880
 
 
Les humains sont des êtres sociaux. Une des fonctions primordiales de l'encéphale est de nous donner la capacité d'interagir de façon optimale avec les autres. Le succès des interactions sociales réside dans la capacité à comprendre les autres au niveau des actions motrices (intentionnalité), des perceptions émotionnelles, d'une intégration cognitive mnésique et comparative séparant le soi de l'autre (empathie, altruisme), toutes capacités que le psychologie anglo-saxonne a unifié sous le concept de "The theory of mind" (TOM). Il est connu, depuis toujours, que le bâillement est "contagieux"; l'éthologie parle de réplication comportementale et, la neurologie, depuis JM. Charcot, d'échokinésie. En quoi cette échokinésie confère aux bâillements une forme de communication sociale non verbale participant de la TOM et de l'empathie ? (L'échokinésie définie par Emile Littré). Indiquons, enfin, que si le bâillement est "contagieux", la pandiculation ne l'est pas, ce pouquoi restant à élucider.
 
La découverte des neurones miroirs par Rizzolatti et Gallese (1996) ouvre à une explication neurophysiologique de la TOM. La promotion des compétences exploratrices de l'environnement, les processus de prises de décisions, notamment en cas d'urgence face à un prédateur, la préparation de l'action en générale, répondent chez la plupart des vertébrés à l'activation de neurones miroirs dans les aires corticales motrices. Ils s'activent lors de la perception des mouvements et d'action de conspécifiques indiquant que la génération de l'action intentionnelle et l'imagerie mentale de celle-ci partagent les mêmes structures neuronales. Ainsi, sur un trottoir parisien, l'approche du piéton décelé par un pigeon déclenche automatiquement l'envol de la troupe dont la majorité n'a pas eu perception du danger. Résultat de réponses adaptatives sélectionnées par l'évolution, cet automatisme moteur coopératif valorise la vie en groupe en terme de sécurité face au prédateurs.
 
L'échokinésie du bâillement ne répond pas à ce mécanisme comme l'indique son délai d'apparition et son inconstance. En effet, n'est sensible à l'échokinésie qu'un individu dans un état mental peu stimulé (transport en commun), alors qu'un travail intellectuel soutenu le rend insensible.
 scoot
Mirror neuron activity during contagious yawning-an fMRI study
Haker H, Kawohl W, Herwig U, Rössler W.
Brain Imaging Behav. 2012
 
Schürmann et al.(2005) ont confirmé, par exploration en IRM fonctionnelle, l'absence d'activation des neurones miroirs de l'aire de Broca chez l'Homme (cortex frontal postéro-inférieur de l'hémisphère gauche), lors de l'échokinésie du bâillement, contrairement à l'observation gestuelle pendant laquelle, ceux-ci s'activent tant dans l'exécution que dans l'observation d'une activité motrice (décodage de l'intentionnalité). Ces éléments éthologiques et neurophysiologiques montrent que l'échokinésie du bâillement n'est pas une imitation motrice.
 
Haker, Rössler et al. (2012) ont, eux aussi, utilisé l'imagerie par IRM fonctionnelle pour visualiser l'activité neuronale durant la contagion du bâillement. En réponse à un bâillement, les sujets montrent une activation unilaérale de l'aire 9 de Brodman (BA 9), partie du gyrus frontal inférieur, une région où sont présents les neurones miroirs.Par ces voies, deux individus peuvent partager des états physiologiques et émotionnels basés sur un pattern moteur. C'est l'un des composants de l'empathie (empathie motrice) qui sous-tend celui de l'empathie cognitive. L'aire BA 9 est active au cours de tâches requérant une réfélexion. Ces résultats soulignent la connection entre le système des neurones miroirs et les fonctions cognitives en rapport avec l'empathie.Ils concluent que la contagion du bâillement est basée sur le sytème neuronal actif lors de l'empathie.
 
La reconnaissance visuelle de l'environnement met en jeu différents circuits neuronaux distinguant les objets inanimés des êtres vivants (Puce, 2003). La reconnaissance des visages humains répond à l'activation de neurones, spécifiquement dédiés, au niveau temporal. La région temporal inférieur (IT) (Afraz, 2006; Leopold, 2006) permet une identification immédiate d'un visage dans sa globalité, tant pour l'identité que pour l'expression, en possédant, apparemment, une mémorisation autonome, non hippocampique. Le sulcus temporal supérieur (STS) s'active, lui, spécifiquement lors de perception des mouvements des yeux, de la bouche, suggérant son implication dans la perception visuelle des émotions. Schürmann et al. (2005) ont montré l'activation du STS lors de l'échokinésie du bâillement, de façon automatique et involontaire, se transmettant vers la région periamygdalienne gauche, le cortex cingulaire postérieur et le précuneus. Ces structures sont associées à la discrimination des émotions exprimées par la face humaine et, notamment, dans l'appréciation de la véracité du ressenti exprimé.
 
Platek et al. (2003; 2005) ont trouvé une corrélation entre activation des circuits neuronaux au-delà du STS et traits de personnalités. "A l'opposé de ceux qui ne sont pas influencés par la vue d'un autre bâilleur, les gens qui sont sensibles au bâillement d'autrui reconnaissent plus promptement l'image de leur propre visage, identifie mieux l'état psychologique de l'autre et exhibe moins de traits de personnalité d'allure schizoïde. Ces données suggèrent que la contagion du bâillement a un lien avec la capacité d'une part d'introspection et d'autre part d'empathie". Les sujets qualifiés d'empathiques, très sensibles à l'échokinésie du bâillement activent peu l'amygdale mais le cortex cingulaire, alors que les sujets qualifiés de schizoïdes, insensibles à la réplication du bâillement, activent l'amygdale (la peur ?) (Carr, 2003). L'étude de la neurophysiologie de l'empathie retrouve une similarité des zones activées (STS, insula,péri-amygdale, cortex cingulaire, cortex préfrontal droit). Ainsi, il semble qu'alors que la compréhension de l'intentionnalité (neurones miroirs moteurs), le partage des émotions (neurones miroirs de l'insula, amygdale et cortex pariétal droit) nécessitent, pour être décodés, une activation neuronale commune, action - perception, simultanément à une inhibition frontale (activation orbito-frontale) inhibitrice de l'extériorisation motrice, l'échokénsie du bâillement n'a pas la capacité d'être inhibée involontairement par absence d'inhibition frontale. Par contre l'activation temporo-pariétale droite autorise la différenciation entre soi et l'autre, identifiant, au niveau conscient, le rôle déclencheur du bâillement de l'autre (Decety, 2006). Le bâillement pourrait ainsi illustrer la théorie simulationniste de la TOM. En 2008, Nahab et al. ont montré en IRMf que la zone ventromédiale frontale s'activait au cours de l'echokinésie du bâillement, zone activée également au cours des processus empathiques et proposent de situer à ce niveau la zone corticale à l'origine du déclenchement du bâillement "contagieux".
 
Alors que le bâillement apparaît universel chez les vertébrés, il semble que seuls les primates soient capables d'une échokinésie. Anderson (2004) a montré que les chimpanzés visionnant une vidéo de bâillements de conspécifiques, bâillaient à la suite, de façon similaire aux humains dans une situation analogue. Bien que l'existence d'une TOM chez le chimpanzé soit toujours l'objet de controverses (Povinelli, 2003), l'existence d'une échokinésie des bâillements plaide en faveur d'une théorie de différents niveaux de TOM, peut-être secondairement à des voies différentes de l'évolution des capacités cognitives des hominidés. La pathologie psychiatrique humaine dissèque, elle aussi, de façon comparable, la TOM (Blair, 2005).
 
A. Senju et al. (14) A. Senju et al. ont projeté des videos clips de personnes bâillant ou ouvrant simplement la bouche à 49 enfants, agés de 7 ans, et dont la moitié était des autistes. La vision de bâillements déclenchent plus du double de bâillements chez les enfants sains que chez les autistes. Regarder des visages ne bâillant pas déclenche le même nombre de bâillements dans les deux catégories d'enfants. Cette étude eoque donc un déficit d'échokinésie des bâillements chez les personnes autistes. Or le déficit a décodé les émotions des autres, ainsi que l'empathie, sont des critères diagnostiques de cette pathologie. Ces données ont été confirmées en 2010 par M. Helt et IM. Eigisti
 
L'équipe de A. Senju propose, en 2008, que sous certaines conditions de lien de dépendance longtemps établi, un chien pourrait bâiller en voyant son maître bâiller. Les mêmes seraient capables de comprendre l'indication de la direction du regard donnée par un doigt pointé vers une cible ce qui montrerait une capacité de TOM chez ces chiens.
 
Empathy in schizophrenia: impaired resonance Haker H, Rössler W 2009 : dans ce travail, les auteurs montrent la faible réceptivité des schizophrènes aux bâillements d'autrui. Mais la prise d eneuroleptiques par ceux-ci étant inhibitrice des bâillements, la pertience de la démontsration est réduite bien théoriquement cohérente
 
Anderson (2003) a montré que l'enfant n'était sensible à l'échokinésie du bâillement qu'au cours de la sixième année de vie, c'est à dire après avoir acquis la capacité de réfléchir à ce que l'autre pense, à attribuer des états mentaux à autrui (Gergely, 2003). Un état de maturation cognitive d'ordre fonctionnel est donc nécessaire afin d'être sensible à l'échokinésie du bâillement.
 
Les psychopathes montrent une difficulté à être sensible aux bâillements des autres
 
En résumé, un lien phénoménologique apparaît entre la capacité à attribuer un état mental à autrui (TOM), base de l'empathie et l'échokinésie du bâillement. A côté de la hiérarchie neuro-anatomique séparant la TOM en niveaux sensorimoteurs, émotionnels et cognitifs ((Singer, 2006), l'échokinésie du bâillement autorise une dissociation de la TOM, par son ontogenèse et sa phylogenèse, en différents niveaux développementaux, sous-tendus par une activation différenciée de circuits neuronaux spécifiques. L'échokinésie du bâillement aurait conféré un avantage sélectif, en permettant une synchronisation efficace des niveaux de vigilance entre les membres d'un groupe social. Elle participerait d'une forme d'empathie instinctive involontaire, qualifiable de rudimentaire, probablement apparue tardivement au cours de l'évolution des hominidés.
schéma
 
Contagious yawning: the role of self-awareness and mental state attribution Platek SM, Critton SR, et al
Yearning to yawn: the neural basis of contagious yawning Schurmann M, Hari R et al
Contagious yawning and the brain Platek S, Mohamed F, Gallup G
Contagious yawning in chimpanzees Anderson JR
Video-induced yawning in stumptail macaques Paukner A, Anderson JR
Evidence for contagious behaviors in budgerigars (Melopsittacus undulatus): An observational study of yawning and stretching. Miller ML, Gallup AC et al. 
 
 A clinical and psychological study of echo-reactions Srengel Ed, Vienna MD, Edin LR 1947
 
Empathy in schizophrenia: impaired resonance Haker H, Rössler W 
 
Yawning: unsuspected avenue for a better understanding of arousal and interoception
Le bâillement: son histoire intérieur ou neurophysiologie du bâillement revue
au travers de son ontogenèse et de sa phylogenèse O. Walusinski
 
sts
 
1 - Rizzolatti G, Fadiga L, Gallese V, et al. Premotor cortex and the recognition of motor actions. Brain Res Cogn Brain Res. 1996;3:131-141.
 
2 - Schürmann M, Hesse MD, Stephan KE, et al. Yearning to yawn: the neural basis of contagious yawning. Neuroimage. 2005;24:1260-1264.
 
3 - Puce A, Perrett D. Electrophysiology and brain imaging of biological motion. Philos Trans R Soc Lond B Biol Sci. 2003;358:435-445.
 
4 - Afraz SR, Kiani R, Esteky H. Microstimulation of inferotemporal cortex influences face categorization. Nature. 2006;442:692-695.
 
5 - Platek SM, Mohamed FB, Gallup GG Jr. Contagious yawning and the brain. Brain Res Cogn Brain Res. 2005;23:448-452.
 
6 - Platek SM, Critton SR, Myers TE, Gallup GG. Contagious yawning: the role of self-awareness and mental state attribution. Brain Res Cogn Brain Res. 2003;17(2):223-237.
 
7 - Carr L, Iacoboni M, Dubeau MC, et al. Neural mechanisms of empathy in humans: a relay from neural systems for imitation to limbic areas. Proc Natl Acad Sci USA. 2003;100:5497-5502.
 
8 - Decety J, Grezes J. The power of simulation: imagining one's own and other's behavior. Brain Res. 2006;1079:4-14.
 
9 - Anderson JR, Myowa-Yamakoshi M, Matsuzawa T. Contagious yawning in chimpanzees. Proc Biol Sci. 2004;271 Suppl 6:S468-470.
 
10 - Povinelli DJ, Vonk J. Chimpanzee minds: suspiciously human? Trends Cogn Sci. 2003;7:157-160.
 
11 - Blair RJ. Responding to the emotions of others: dissociating forms of empathy through the study of typical and psychiatric populations. Conscious Cogn. 2005;14:698-718.
 
12 - Anderson JR, Meno P. Psychological influences on yawning in children. Current Psychology Letters Behaviour, Brain, & Cognition. 2003;2:390.
 
13 - Singer T. The neuronal basis and ontogeny of empathy and mind reading: Review of literature and implications for future research. Neurosci Biobehav Rev. 2006;30:855-863.
 
14 - Senju A, Maeda M, Kikuchi Y et al. Absence of contagious yawning in children with autism spectrum disorder. Biology letters 2007;3:706-708.
 
15 -Joly-Mascheroni RM, Senju A, Sheperd AJ Dogs catch human yawns Biology letters Animal Behaviour 2008;4(5):446-448.
 
16 -Nahab FB, Hattori N, Saad ZS, Hallett M Contagious yawning and the frontal lobe: An fMRI study Human Brain Mapping 2008 in press
 
contagious yawning
 
Response properties of neurons in temporal cortical visual areas of infant monkeys Rodman HR
 

Un précurseur des recherches actuelles... oublié !
Yawning, Yielding, and Yearning to Yawn
Paper presented at the meeting of the Midwest Psychological Assiociation Chicago, May 1974
 Cialdini RB, McPeek RW
 
Je suis heureux de pouvoir vous présenter un document inédit jamais publié. Ce travail a été présenté oralement, par Robert Cialdini, en 1974, à l'association de Pyschologie du Midwest.
 
"Comme manger, bâiller est un évènement quotidien qui peut aussi bien être déclenché par la fatigue (cause interne) que par la vision d'un autre bâilleur (cause externe). L'étude a été bâtie pour:
démontrer l'existence d'un bâillement de stimulation externe, à fonction sociale, et
étudier la variabilité de la susceptibilité individuelle à recevoir cette contagion du bâillement.
.............
Les résultats suggèrent que des facteurs classiquement plus importants pour leur influence sur la vie sociale sont mis à l'oeuvre dans la contagion du bâillement, eux-mêmes étant contagieux. En particulier, l'usage de batteries de tests jugeant de la sensibilité "persuasive" indique que ceux qui sont le plus facilement persuadés, sont également plus susceptibles d'être sensibles au bâillement des autres!
 
On peut en déduire que la crédibilité du pourvoyeur de bâillements affecte le degré de contagion.
Capuchin monkeys display affiliation toward humans who imitate them.
 
Paukner A, Suomi SJ, Visalberghi E, Ferrari PF.
 
Laboratory of Comparative Ethology, Eunice Kennedy Shriver National Institute of Child Health and Human Development, National Institutes of Health Animal Center
 
Science. 2009;325(5942):880-883.
 
Abstract
 
During social interactions, humans often unconsciously and unintentionally imitate the behaviors of others, which increases rapport, liking, and empathy between interaction partners. This effect is thought to be an evolutionary adaptation that facilitates group living and may be shared with other primate species. Here, we show that capuchin monkeys, a highly social primate species, prefer human imitators over non-imitators in a variety of ways: The monkeys look longer at imitators, spend more time in proximity to imitators, and choose to interact more frequently with imitators in a token exchange task. These results demonstrate that imitation can promote affiliation in nonhuman primates. Behavior matching that leads to prosocial behaviors toward others may have been one of the mechanisms at the basis of altruistic behavioral tendencies in capuchins and in other primates, including humans.
 
-Arnott SR et al. An investigation of auditory contagious yawning Cognitive, Affective, Behavioral Neurosci 2009;9(3):335-342
 -Anderson JR et al Contagious yawning in chimpanzees The Royal Society Biology Proc R Soc Lond B Biol Sci 2004; 271 Suppl 6; S468-470
-Anderson JR et al Psychological influences on yawning in children Current Psychology Letters Behaviour, Brain, Cognition 2003;2:11
-Anderson JR, Matsuzawa T. Yawning: An Opening into Empathy? Cognitive Development in Chimpanzees. T Matsuzawa, M Tomonaga, M Tanaka Editors. Springer 2006
-Caswell TA, The effects of status on yawning behavior. Thesis 1991
-Cialdini RB, McPeek RW. Yawning, Yielding, and Yearning to Yawn 1974 (non published)
-Campbell MW et al. Do chimpanzees yawn contagiously in response to 3d computer animations? 2008
-Campbell MW et al. Computer animations stimulate contagious yawning in chimpanzees Proceed Royal Soc Biol 2009:276(1676):4255-4259
-Campbell MW, de Waal FB. Ingroup-Outgroup Bias in Contagious Yawning by Chimpanzees Supports Link to Empathy. Plos One. 2011;6(4):1-4
-Cooper NR, Puzzo I, Pawley A Contagious yawning: the mirror neuron system may be a candidate physiological mechanism Medical Hyportheses 2008;71(6):975-976
-Cooper NR, Puzzo I, et al. Bridging a yawning chasm: EEG investigations into the debate concerning the role of the human mirror neuron system in contagious yawning.Cogn Affect Behav Neurosci. 2011
-Derouesné Ch. Théorie de l'esprit, empathie et .. bâillement 2005
-Dijksterhuis A, Bargh JA The perception-behavior expressway:automatic effects of social perception on social behavior Advances in Experimental Social Psychology 2001;33:1-40.
-Estow, S Jamieson JP, Yates JR Self-monitoring and mimicry of positive and negative social behaviors Journal of Research in Personality 2007;41(2):425-433
-Gallagher HL, Frith CD Functional imaging of theory of mind Trends in Cognitive Scie. 2003;7(2):77-83
-Giganti F, Ziello ME Contagious and spontaneous yawning in autistic and typically developing children CPL 2009
-Giganti F, Zilli I. The daily time course of contagious and spontaneous yawning among humans. J Ethol 2011;29(2):215-216
-Haker H, Kawohl W, Herwig U, Rössler W. Mirror neuron activity during contagious yawning-an fMRI study. Brain Imaging Behav. 2012
-Harr AL, Gilbert VR Do dogs show contagious yawning ? Anim Cogn. 2009;12(6):833-837
-Helt MS, Eigsti IM, Snyder PJ, Fein DA. Contagious yawning in autistic and typical development. Child Dev. 2010;81(5):1620-1631
-Iacoboni M, G Rizzolatti Cortical mechanisms of human imitation Science 24/12/99; 286
-Joly-Mascheroni RM, Senju A, Sheperd AJ Dogs catch human yawns Biology letters Animal Behaviour 2008;4(5):446-448
-Lindsay SR Coping with fear and stress: licking and yawning. Handbook of applied dog behavior and training 2000 
-Madsen EA, Persson T. Contagious yawning in domestic dog puppies (Canis lupus familiaris): the effect of ontogeny and emotional closeness on low-level imitation in dogs. Anim Cogn. 2012
-Massen JJ, Vermunt DA, Sterck EH. Male Yawning Is More Contagious than Female Yawning among Chimpanzees (Pan troglodytes). PLoS One. 2012;7(7):e40697.
-Millen A, Anderson JR Neither infants nor toddlers catch yawns from their mothers. Biol Letters 2011;7(3):440-442
-Miller ML, Gallup AC, Vogel AR, Vicario SM, Clark AB. Evidence for contagious behaviors in budgerigars (Melopsittacus undulatus): An observational study of yawning and stretching. Behav Processes. 2012;89(3):264-270
-Nahab FB, Hattori N, Saad ZS, Hallett M Contagious yawning and the frontal lobe: An fMRI study Human Brain Mapping 2009;30:1744-1751
-Norscia I, Palagi E. Yawn Contagion and Empathy in Homo sapiens. PLoS ONE. 2011;6(12): e28472
-O'Hara SJ, Reeve AV A test of the yawning contagion and emotional connectedness hypothesis in dogs, Canis familiaris. Animal Behaviour 2011;81:335-340
-Palagi E, Leone A, Mancini G, Ferrari PF. Contagious yawning in gelada baboons as a possible expression of empathy. Proc Natl Acad Sci USA. 2009;106(46):19262-19567
-Paukner A, Anderson JR Video-induced yawning in stumptail macaques (Macaca arctoides) Biol Lett 2006;2(1):36-38
-Perkins JR Teaching Dogs to Yawn, Sneeze, and Implications for Preparedness Theory and Observational Learning. In: Kusonose, Ryo and Sato, Shusuke 39th Congress of the International Society for Applied Ethology, Kanagawa, Japan. 20-24 August, 2005
-Platek SM, SR Critton, et al Contagious yawning: the role of self-awareness and mental state attribution Cogn Brain Res 2003;17(2):223-227
-Platek S et al. Neural correlates of self-face recognition 2008 Brain Res;1232:173-184
-Platek S, Mohamed F, Gallup G Contagious yawning and the brain Cognitive Brain Research, 2005;23:448-452
-Schurmann M, Hari R et al Yearning to yawn: the neural basis of contagious yawning NeuroImage 2005;24(4):1260-1264
-Senju A, Maeda M, Kikuchi Y, Hasegawa T, Tojo Y, Osanai H Absence of contagious yawning in children with autism spectrum disorder. Biology Letters 2007;3:706-708
-Senju A, Kikuchi Y, Akechi H et al. Does eye contact induce contagious yawning in children with autism spectrum disorder? J of Autism and Developmental Disorders. 2009;39(11):1598-1602
-Silva K, Bessa J, de Sousa L. Auditory contagious yawning in domestic dogs (Canis familiaris): first evidence for social modulation. Anim Cogn. 2012.
-Yoon JMD, Tennie C Contagious yawning: a reflection of empathy, mimicry, or contagion. Anim Behav 2010;79:e1-e3
-Walusinski O Echokinetic yawning, theory of mind, and empathy
-de Waal F. l'âge de l'empathie. 2010
-Wilkinson A et al. No evidence of contagious yawning in the red-footed tortoise. Current Zoology 2011;57(4):477-484