La lettre d'information du site
 
Le bâillement, du réflexe à la pathologie
Le bâillement : de l'éthologie à la médecine clinique
Le bâillement : phylogenèse, éthologie, nosogénie
 Le bâillement : un comportement universel
La parakinésie brachiale oscitante
Yawning: its cycle, its role
Warum gähnen wir ?
 
Fetal yawning assessed by 3D and 4D sonography
Le bâillement foetal
Le bâillement, du réflexe à la pathologie
Le bâillement : de l'éthologie à la médecine clinique
Le bâillement : phylogenèse, éthologie, nosogénie
 Le bâillement : un comportement universel
La parakinésie brachiale oscitante
Yawning: its cycle, its role
Warum gähnen wir ?
 
Fetal yawning assessed by 3D and 4D sonography
Le bâillement foetal
http://www.baillement.com 
 
mystery of yawning
 
resolutionmini
 
 Illustrations de la thèse de Wolter Seuntjens
 
Flip-flop switch et bâillements
Prostaglandines, adénosine, sommeil & bâillements
Leptine, ghréline, histamine et bâillements
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

haut de page

mise à jour
5 décembre 2010
 Lexique
A quoi sert le sommeil ?
Sémiologie
 
L'examen clinique du bâilleur excessif
 Bâillements et pathologies
Yawning scale. Questionnaire estimant les bâillements. PDF
Le premier Holter pour les bâillements
Chat-logomini
Yawning in Diseases 2010
Le bâillement, un symptôme oublié Neurologies 2010

 

Le bâillement faisait autrefois partie de la sémiologie médicale. Aujourd'hui bien peu de médecins, même parmi les spécialistes du sommeil ne prennent en compte sa valeur symptomatique.

Il n'est pas exceptionnel pour un médecin de famille que le motif d'une consultation soit un excès de bâillements. Il existe, en effet, un continuum, sans séparation précise, entre ce que chacun ressent comme bâillements physiologiques et ce qu'un nombre indéterminé ressent comme un excès. Ceci est vécu avec fatalisme. Pour ceux qui ont toujours beaucoup bâillé, il n'est pas sûr qu'un sentiment d'excès soit perçu. De fréquence variable, comme la durée du sommeil (petits et grands dormeurs), il existe des petits bâilleurs (rares) et de grands bâilleurs (fréquents). Un facteur à transmission héréditaire est possible. Il n'existe aucune norme montrant qu'un minimum ou un maximim de bâillements quotidiens soit nécécessaire. (Voir étude en médecine générale et travaux Prof Provine)

L'excès de bâillements (le chapitre B et autres pathologies dresse une liste exhaustive de causes)

Au cours de nombreuses pathologies neurologiques organiques, l'excès de bâillements est associé à des symptômes déficitaires au premier plan clinique. Le bâillement n'est alors qu'un parmi d'autres symptômes. (voir cas clinique n°28 du Dr Quoirin). Tout autre est la situation d'un consultant venant pour excès de bâillements. En interrogeant de façon ouverte, non directive les patients : "bâillez-vous?" , ce qui n'est pas une question habituelle de l'interrogatoire médical, en particulier en cas de troubles endocriniens, en cas de troubles fonctionnels digestifs, et devant toute possibilité de troubles neuropsychologiques, il est surprenant de constater qu'avec une sorte de bouffée de soulagement quelques patients ou leurs conjoints se mettent à parler de la gêne qu'ils en éprouvent. (voir nouvelles conceptions) Il faut dans ces circonstances rechercher d'abord une cause iatrogène, puis s'interroger sur une pathologie neurologique (tumeur, migraine, etc) ou une maladie des tics chroniques dont la bâillement serait l'expression. L'épilepsie diencéphalique, rare, reste un diagnostic différentiel : voir observation originale associant salves de bâillements et troubles de la vigilance.

En effet, il ne faut pas mésestimer l'apparition de bâillements iatrogènes, de plus en plus souvent rapportés, notamment depuis l'emploi des antidépresseurs sérotoninergiques. (Une notification aux centres de pharmacovigilance s'impose).

En pédiatrie, l'association de bâillements répétés, d'agitation motrice, de défaut de fixation intellectuel et d'apprentissage définit le syndrome de Weinberg. Les bâillements répétés peuvent être le témoin d'une fausse route alimentaire, d'un corps étranger pharyngo-trachéal chez le petit enfant.

En réanimation, le baillement intervient dans la grille de scrore cotant les comas : clinical neurologic assessement tool (parallèle à l'échelle de Glasgow). Les bâillements répétés sont un prodrome des malaises vagaux (avec paleur, sueurs etc) et apparaissent aussi en cas d'hémorragie abondante avec baisse tensionnelle. Les mêmes types de symptômes peuvent apparaitre à l'induction anesthésique, où ils indiquent un réveil prématuré inapproprié.

Le bâillement devient un langage non verbal en psychopathologie (Yawning: analytic and therapeutic considerations Marcus N pdf)

Bâillements, chants et relaxation le cas de Anna D

Bâillements et syndromes d'apnées du sommeil, le cas d'Emilie

La disparition du bâillement

Petit signe sémiologique, la raréfaction ou la disparition du bâillement évoque un syndrome extra-pyramidal. Les Parkinsoniens ne s'étirent jamais. Par contre, l'apparition de l'effet thérapeutique des traitements (dopathérapie, apomorphine) est contemporaine de bouffées de bâillements. Alors que les neuroleptiques type halopéridol (Haldol) suppriment les bâillements, ceux-ci peuvent réapparaître en accompagnement des dyskinésies tardives. (voir observations cliniques)

Dans le syndrome extra-pyramidal de l'intoxication manganique chronique le "masque manganique" s'accompagne d'une disparition du bâillement.

Une sensation de bâillement incomplet non satisfaisant renvoie aux troubles de l'interroception, aux bâillements remarqués par les sportifs avant une épreuve, aux donneurs de sang avant le prélèvement, à certains états d'anxiété.

L'absence de bâillement

Chez le nouveau-né et dans les premiers mois de la vie, associée à des difficultés de succion et de déglutition, avec ou sans syndrome de Pierre Robin, révèle un dysfonctionnement néonatal isolé du du tronc cérébral. De même au cours du syndrome d'Ondine congénital ou acquis les bâillements sont absents.

Le bâillement révèle un trouble ORL

En cas de plainte d'acouphènes, sans baisse de l'acuité auditive, avec parfois sensation d'oreille pleine, la variabilité de ceux-ci au cours du bâillement est le témoignage d'une contracture du muscle du marteau témoin d'un syndrome algo-fonctionnel de l'appareil manducateur : Syndrome de Costen (Costen JB A syndrom of ear and sinus symptoms dependent upon disturbed function of the temporomandibular joint. Annales ORL 1934; 43; 4-15).

Le bâillement peut être associé au reflux gastro-oesophagien soit comme témoin de la gêne douloureuse de la remontée acide; mais il se peut ,qu'en fait, il permette une évacuation rapide du liquide refluant. Il s'associe en effet à une élévation rapide du ph dans le bas oesophage.

Le bâillement déclenche une autre maladie

Le bâillement provoque une luxation mandibulaire ou une fracture de l'apophyse styloïde.

Le bâillement peut être la gachette déclenchante d'une névralgie du glossopharyngien. (Glossopharyngeal neuralgia and MS A Minagar, Headphone neuralgia A Skelton). Le bâillement équivaut à une trigger-zone dans la névralgie du trijumeau, ou à une aura de céphalées violentes non migraineuses, certaines dystonies kinégésiques. Unilateral neuralgiform headache et sunct syndrome..

Le bâillement drévèle une carotidynie. Le bâillement et la pandiculation déclenche un syndrome de Jean Lhermitte, révèlant une malformation congénitale de l'articulation atloïdo axoidienne. La crampe du muscle génohyoïdien est provoquée par un bâillement forcé (André-Thomas et J. de Ajuriaguerra).

Dans les dystonies, blépharospasme ou torticolis spasmodique, le bâillement peut-être le facteur déclenchant d'une crise. Voir un cas de dystonie kinégésique déclenché par le bâillement.

Le bâillement peut comprimer une anastomose chirurgicale artérielle extra-intracranienne, déclenchant des accidents ischémiques cérébraux.

Utiliser le bâillement à des fins thérapeutiques en ORL (?)

Le bâillement peut aider à reperméabiliser la trompe d'Eustache, lors d'un catarrhe tubaire (dysfonctionnement tubo-tympanique) ou lors de la descente en avion ou en montagne.

Les professionnels de la voix (chanteurs, speakers) atteints de dysphonie par nodules des cordes vocales ou défaut d'occlusion peuvent être rééduqués par une technique de relaxation combinant maitrise de la respiration diaphragmatique et expiration contrôlée par imitation de l'expiration du bâillement, technique baptiséeYBP ( yawning breath pattern). Autre appellation yawn-sigh (télécharger cet article), permettant une plus grande décontraction des cordes vocales, avec ascension-rétraction de la langue, abaissement laryngé, grand ouverture pharyngée. (voir en Français La voix libérée par Yva Barthélemy chez Robert Lafont éditeur)

voir baillements et cours de chants

voir chapitre spécialisé voix et bâillements

Utiliser le bâillement comme rééducation de l'odorat après laryngectomie

Les larmes du bâillement

L'étude de la sécrétion lacrymale et de la composition des larmes fait appel au test de Schirmer. Mais des auteurs de Hong Kong propose le recueil des larmes au coin de l'oeil au cours du bâillement provoqué !

Comprendre le syndrome frontal

Voir l'illustration : Schematic model of neurotransmitter circuits that are involved in the three states of vigilance

The neuropharmacology of upper airway motor control in the awake and asleep states: implications for obstructive sleep apnoea Horner LH
 
Can neck injury disturb eating behaviour? Per-Olof Eriksson
 
Bâillements du foetus: la naissance d'un comportement révélé par l'échographie 4D Dr O.Walusinski