Le bâillement, du réflexe à la pathologie
Le bâillement : de l'éthologie à la médecine clinique
Le bâillement : phylogenèse, éthologie, nosogénie
 Le bâillement : un comportement universel
La parakinésie brachiale oscitante
Yawning: its cycle, its role
Warum gähnen wir ?
 
Fetal yawning assessed by 3D and 4D sonography
Le bâillement foetal
Le bâillement, du réflexe à la pathologie
Le bâillement : de l'éthologie à la médecine clinique
Le bâillement : phylogenèse, éthologie, nosogénie
 Le bâillement : un comportement universel
La parakinésie brachiale oscitante
Yawning: its cycle, its role
Warum gähnen wir ?
 
Fetal yawning assessed by 3D and 4D sonography
Le bâillement foetal
http://www.baillement.com

resolutionmini

mise à jour du
24 septembre 2016
Lexique
 
Le rire pathologique
Inventaire des pathologies avec bâillements symptômes
 
L'examen clinique du bâilleur excessif
 
Voulez-vous répondre à un questionnaire sur vos bâillements ?
 
 Yawning scale. Questionnaire estimant les bâillements. PDF
 
Le premier Holter pour les bâillements
une enquête sur les bâillements au cours de la narcolepsie

Chat-logomini

Retrouver l'intégralité un chapitre complet dans le livre
The Mystery of Yawning in Physiology and Disease
Frontiers of Neurology and Neuroscience tome 28
Karger, Basel 2010
 
Yawning in Diseases
Le bâillement, un symptôme oublié Neurologies 2010
 
Le bâillement symptôme ou maladie:
 
La disparition des bâillements est essentiellement le fait des pathologies du système extra-pyramidal (maladie de Parkison), ou prise de neuroleptiques), de prise de médicaments opiacés. Exceptionnellement, les apnées d'origine centrale (syndrome d'Ondine) sont associées à une disparition des bâillements (cas au cours d'un syndrome d'Ondine secondaire à une malformation d'Arnold Chiari). Un cas clinique exceptionnel: absence congénital de bâillements au cours d'un syndrome de Kallmann de Morsier avec prosopagnosie.
 
En neurologie, le bâillement peut être noté de façon anormalement plus fréquente dans un nombre élevé de pathologies sans être jamais constant.
 
Le bâillement est un symptôme de somnolence en cas de syndrome d'apnées du sommeil.
 
Toutes les atteintes du tronc cérébral peuvent être causes de troubles de la vigilance associés à des bâillements répétés. Les atteintes corticales et sous-corticales en favorisent aussi. Le bâillement persiste en cas de coma végétatif. Sans négliger le chapitre mésestimé des bâillements iatrogènes.
 
La neuromyélite optique (syndrome de Devic) peut être révélée par des crises de bâillements répétées. Les compressions du tronc cérébral soit par une tumeur de voisinage (tératome du cervelet) (méningiome) ou par engagement occipital (malformation d'Arnold-Chiari) peuvent aussi se révéler par des bâillements répétés.
 
L'hypertension intracrânienne avec somnolence d'installation progressive; l'apparition de bâillements fréquents et profonds, révêlant une souffrance mésodiencéphalique, est un signe de début d'engagement, de facheux pronostic (voir score des comas).Une tumeur comprimant l'hypothalamus peut se révèler par des bâillements (ou un hémangioblatome du IV ventricule). Des lésions neurochirurgicales telles les thalamotomies et des séquelles de traumatismes craniens peuvent déclenchées des salves de bâillements (pb de l'épilepsie diencéphalique). (un cas de granulomatose cérébrale). Une observation a été rapportée associant une neurocysticercose avec des crises d'épilepsie et des salves de bâillements.
 
Les hémorragies méningées et les accidents vasculaires du tronc cérébral, de la capsule interne. A noter la persistance du bâillement avec dissociation automatico-volontaire dans le syndrome operculaire (syndrome de Foix-Chavany-Marie) comme dans le "locked syndrome" d'origine vasculaire ou tumoral (gliome du pont). L'étirement par l'examinateur d'un membre paralysé par atteinte de la corne antérieure de la moelle peut déclencher un bâillement (poliomyélite). Dans d'autres cas, c'est le bâillement qui déclenche un mouvement du bras paralysé, incapable de repondre à la volonté (Quatre cas d'hémipandiculation ou parakinésie brachiale: thèse de E Quoirin). Pathological yawning as a presenting symptom of brainstem ischemia in two patients Cattaneo L.-.Yawning : a behavior testifying arousal reinforcement during brainstem stroke.response jnnp 2005 (L. Cataneo) Walusinski. Une observaton originale : parakinésie brachiale oscitante bilatérale développée lors d'une quadriplégie de sclérose en plaques. Dissociated preservation of automatic-voluntary jaw movements in a patient with biopercular and unilateral pontine infarct
 
Les infections avec encéphalite (trypanosomiase, tabès, poliomyélite, séquelles d'encéphalites d'herpès ou de rougeole, encephalite léthargique auto-immune), les méningites (listériose ou tuberculose). L'encéphalite spongiforme associe des troubles caratériels et des comportements moteurs etc...avec salves de bâillements possibles (Lamézas)
 
Les causes métaboliques : coma acido-cétosique, hypoglycémie. Les bâillements répétés sont un prodrome des malaises vagaux (avec paleur, sueurs etc) et apparaissent aussi en cas d'hémorragie abondante avec baisse tensionnelle. Les mêmes types de symptômes peuvent apparaitre à l'induction anesthésique, où ils indiquent un réveil prématuré inapproprié.
 
Les intoxications (CO ou oenolique, barbituriques), le sevrage morphinique ou de méthadone, le sevrage des grands consommateurs de café, chez les nouveaux-nés de mères toxicomanes ou éthyliques; les intoxications à la vitamine A ou à l'isotrétinoïne; A behavioural event of ethanol withdrawal.
 
D'autres causes neurologiques: la sclérose latérale amyotrophique (et observations de Louwerse avec parakinséie brachiale oscitante), la sclérose en plaques, la maladie de Hungtington, l'adrénoleucodystrophie liée à l'X, la paralysie supra-nucléaire (M de Steel Richardson). Le bâillement en aura de l'effet "on" de la Levodopa dans la maladie de Parkinson ou de l'apomorphine, les myoclonies postanoxiques de Lance-Adams traitées par valproate sodique. Des bâillements au cours de l'évolution d'une sarcoidose cérébrale. Excessive yawning induced by stimulation of myofascial trigger point Chang CC.
Un cas de névralgie glossopharyngienne dont les crises sont déclenchées par le bâillement.
 
Au cours du syndrome de G. Gilles de la Tourette avec des TOC, l'aérophagie était le tic dominant mais succédait à des tics sous forme de bâillemlents compulsifs. Le bâillement est associé à la maladie de Gilles de la Tourette, en situation de repos, précédant une salve de tics et associé au stress, comme dans les syndromes d'hyperactivité. Des salves de bâillements peuvent prendre l'aspect de tics, par salves, procurant une brève jouissance.
 
Au cours de la maladie de Parkinson expérimentalz chez le singe, après traitement au MTPT les bâillements disparaissent et reviennent après greffe de cellules foetales nigro-striatales.
 
Dans l'épilepsie, le bâillement peut représenter une aura. Les salves de bâillements peuvent appartenir à une variante d'hypsarythmie, associées à des grimaces des mouvements occulaires. Associé ou non à des mimiques au cours des crises de petit mal, des salves de bâillements peuvent être un symptôme de la crise. Des cas d'épilepsie partielle temporale ont été accomapgnées de bâillements en aura ou postcritiques. Les convulsions de l'électrochoc peuvent déclencher des salves de bâillements associées à une amnésie antérograde.L'épilepsie diencéphalique (W Penfield 1954) est rare : ici une observation de Flecher et une observation originale exceptionnelle reçue sur le site (Excessive yawning and sleepy attacks) Ictal yawning in a patient with drug-resistant focal epilepsy: Video/EEG documentation and review of literature reports. En 2016, des auteurs rapportent le cas d'un homme jeune qui en bâillant déclenche une crise épileptique partielle avec mouvements du bras.
 
Alessia Nicotra et ses collègues présentent en 2012 une observation de convulsions prolongées avec perte de connaissance et bâillement répétés évoquant une crise d'origine diencéphalique.
 
Une observation de myoclonies propriospinales accompagnées de bâillements répétés
 
Dans la migraine, le diagnostic peut-être précisé en l'absence d'aura franche par le syndrome post-crise (Blau) céphalalgique par une association de troubles associant défaut de concentration, bâillements répétés, humeur morose. Ceci est correllé à une hypersensibilité (article de O Blin complet) aux agonistes dopaminergiques des migraineux . Un accès de salves de bâillements peut représenter une aura migraineuse. (voir trois observations détaillées). (Une syncope après apomorphine chez un migraineux) et sunct syndrome.
 
A côté des parasomnies, l'excès de bâillements peut accompagner le syndrome des jambes sans repos, témoin d'une dysfonction dopaminergique curable par la L-Dopa. Dans les états de coma végétatif, le bâillement persiste: cas historique de Karen Ann Quinlan. Très curieusement, des auteurs grecques suggèrent que les bâillements répétés ne sont pas un mode de révéléations du syndrome des apnées du sommeil; ceci semble paradoxal et contre intuitif.
 
En psychiatrie : dans le cadre de comportements stéréotypés, les bâillements répétés peuvent appartenir à la schizophrénie; l'interprétation éthologique en est un accroissement de la vigilance avec "purification" du corps. Le bâillement devient un langage non verbal en psychopathologie (Yawning: analytic and therapeutic considerations Marcus N pdf)
Examining the connection between yawning and depression SR. Gallezzo. Dans la dépression, les bâillements répétés sont plus souvent dus au médicament qu'à la maladie.
 
Dans certains cas de suffocations anxieuses s'ajoutent des salves de bâillements. Bâillements et syndromes de sevrages
 
En pédiatrie, des salves de bâillements peuvent être associées ou remplacées des formes inhabituelles de spasmes infantils en flexion. Les bâillements répétés peuvent être le témoin d'une fausse route alimentaire, d'un corps étranger pharyngo-trachéal chez le petit enfant. Les bébés sont vite fatigués par la télévision et bâillent après 3 mn.
 
Bâillements et syndromes d'apnées du sommeil, le cas d'Emilie 7 ans.
 
Des cas d'obstruction pharyngo-laryngée chez des nourrissons ont été révélé par un stridor, des efforts de déglutition répétés et des salves de bâillements. (yawning as a symptom of pharyngeal impaction)
 
Un cas de bâillements répétés prolongés avec douleurs thoraciques chez une asthmatique mais hors des crises d'asthme.
 
L'association de bâillements répétés, d'agitation motrice, de défaut de fixation intellectuel et d'apprentissage définit le syndrome de Weinberg « Attention deficit hyperactivity disorder » = ADHD .
 
Témoignages cliniques recueillis auprès de l'association Tremplin, parents d'enfants atteints d'un syndrome de Pierre Robin: le bâillement n'apparait qu'après 3 à 4 mois de vie, témoin du retard de maturation du tronc cérébral dans cette pathologie.
 
Le bâillement peut être associé au reflux gastro-oesophagien soit comme témoin de la gêne douloureuse de la remontée acide; mais il se peut ,qu'en fait, il permette une évacuation rapide du liquide refluant. Il s'associe en effet à une élévation rapide du ph dans le bas oesophage.
 
En 2004, M. Krantz a décrit un cas de tamponnade péricardique accompagnée de bâillements incoercibles, ceux-ci dispraissant dès le drainage évacuateur terminé et pouvant s'expliquer par une compression du pneumogastrique et/ou du phrénique.
 
Le bâillement équivaut à une trigger-zone dans la névralgie du trijumeau, ou à une aura de céphalées violentes non migraineuses, certaines dystonies kinégésiques. Unilateral neuralgiform headache et sunct syndrome.
 
Le bâillement est un symptôme hystérique : Charcot cite une observation d'une malade bâillant 8 fois par minute soit 480 fois à l'heure! (voir le texte intégral faisant plus penser à un tableau tumoral). Dans le livre de Déjérine de 1914 "Sémiologie des affections du système nerveux", le bâillement n'est noté comme pathologique que dans l'hystérie, cessant pendant le sommeil et réapparaissant dès le réveil, par salves de 30 à 60 minutes plusieurs fois par jour. (voir extrait ci-dessous). Les observations rapportées dans ce dossier, comparées à celles de Charcot et Déjérine, peuvent faire penser qu'il a existé une confusion entre hystérie et maladie des tics, les troubles obsessionnels et compulsifs, et peut-être que que l'hystéro-épilepsie cache des tumeurs cérébrales, en cet fin du XIX° siècle. Nombreuses observations de bâillements excessifs dans le texte de la thèse de Trautmann ; voir chapitre historique.
 
Le bâillement est rarement signalé dans la littérature consacrée aux mouvements anormaux : maladie de Huntington, maladie des tics ou maladie de Gilles de La Tourette alors que cette association n'est pas fortuite. (voir chapitre tics et tocs)
 
Un cas de disparition du bâillement et de l'éternuement au cours d'un neurolupus
 
Un cas de chylothorax après bâillement - étirement
 
Treatment of persistent yawning with acupuncture Wong R, Sagar S
 
Enfin, il semble que le bâillement puisse devenir un réflexe conditionné comme les test de renforcement par des récompenses alimentaires l'ont montré chez des primates non humains.
 
Bâillements, chants et relaxation le cas de Anna D
 
Le bâillement déclenche une pathologie:
 
Signalons enfin que le bâillement peut se compliquer d'une luxation de la mâchoire dont il est la première cause (les autres causes sont le rire, les vomissements, les soins dentaires) Voir le traitement de la luxation de la machoire par la manoeuvre de Nélaton. Les bâillements douloureux peuvent révèler une pathologie de l'articulation temporo-mandibulaire. Le bâillement violent peut entrainer une fracture de l'apophyse stylohyoïdienne. En 2012, des urgentistes coréens ont observé une fracture de la première côte cervicale après pandiculation !
 
La crampe du muscle génohyoïdien est provoquée par un bâillement forcé (André-Thomas et J. de Ajuriaguerra).
 
Le bâillement équivaut à une trigger-zone dans la névralgie du trijumeau, ou à une aura de céphalées violentes non migraineuses, certaines dystonies kinégésiques. Unilateral neuralgiform headache et sunct syndrome.
 
Le bâillement et la pandiculation déclenche un syndrome de Jean Lhermitte, révèlant une malformation congénitale de l'articulation atloïdo axoidienne.
 
Le bâillement est un des facteurs déclenchant du tableau douloureux nommé carotidynie, s'il exite! De même, au cours de l'exceptionnel tendinite cervicale du muscle longus colli, le bâillement comme la dégluition, déclenche des douleurs excoriantes.
 
Le bâillement peut comprimer une anastomose chirurgicale artérielle extra-intracranienne, déclenchant des accidents ischémiques cérébraux.
 
Le syndrome de Marin Amat ou syndrome de Marcus Gunn inverse consiste en une fermeture des paupières d'un oeil lors de l'ouverture de la bouche notamment du bâillement: voir un cas clinique et sa vidéo.
 
Après neurochirurgie du neurinome de l'acoustique, des régénérations aberrantes du VII peuvent déclencher des occlusions palpébrales involontaires lors des bâillements
 
Hoquet et bâillements après pallidotomie
 
Lors de certains troubles psychologiques, de type anxio-phobiques, entendre un bâillement déclenche une grand angoisse ou état de panique, difficile à supporter. Cela se nomme une misophonie. Un cas de misophonie a été publié en Australie en 2010. Fear of the yawning mother: a case of misophonia.
 
Les bâillements sont douloureux au cours d'une maladie génétique au cours de laquelle toutes les fonctions physiologiques sont douloureuses
 
Une observation relate une fracture mandibulaire en bâillant chez un patient atteint d'osteogenesis imperfecta
 
Le bâillement devient une thérapeutique
 
Les dysfonctionnement de la Trompe d'Eustache sont soulagés par un ou des bâillements lors de rhinopharyngites banales, de surdités par otites séreuses. Mais aussi, exceptionnellement, des bâillements peuvent faire disparaître une paralysie faciale péripérique d'origine baro-traumatique (plongée, vol aérien).
 

En cas de dystonie avec spasme occlusif des yeux, le bâillement est parfois utilisé comme geste antagoniste afin de contrer l'apparition du blépharospasme et donc l'occlusion parlpébrale.

 
Utiliser le bâillement comme rééducation de l'odorat après laryngectomie.
 
en kinésithérapie : Sustained manual loading of the fascial system can evoke tonic reactions: preliminary results Bertolucci LF
 
 
une enquête sur les bâillements au cours de la narcolepsie

 
Voir l'article de J Barbizet en 1959...
L'examen clinique du bâilleur excessif ....
Yawning Flavio Aloé
The effects of status on yawning behavior Caswell TA, 1991